12 novembre 2008 / 12:41 / dans 9 ans

LEAD2 Nexity et Caisses d'épargne démentent un projet de rupture

PARIS, 12 novembre (Reuters) - Nexity (NEXI.PA) se reprend mercredi en Bourse de Paris, après avoir nié envisager une rupture de son alliance avec les Caisses d‘Epargne, contredisant une information rapportée par Le Parisien-Aujourd‘hui en France.

“Nexity dément les informations parues dans Le Parisien du 12 novembre selon lesquelles une rupture de l‘alliance avec les Caisses d‘Epargne serait à l’étude”, a déclaré dans un communiqué le numéro un de la promotion de logements en France.

Dans un communiqué séparé, les Caisses d‘Epargne ont aussi démenti “formellement les allégations parues dans l‘article concernant un désengagement (du groupe) du capital de Nexity.”

Selon l‘article paru ce matin, les deux sociétés pourraient se séparer à l‘amiable. Les Caisses d‘Epargne récupéreraient les 25% du capital du Crédit foncier et les 32% de la foncière Eurosic ESIC.PA qu‘elles avaient apportés pour entrer dans le capital de Nexity en juin 2007, juste avant l’éclatement de la crise des prêts immobiliers “subprimes”. Le promoteur serait alors repris par Alain Dinin, son fondateur et actuel P-DG.

Vers 16h43, l‘action progresse de 4,14% à 8,30 euros dans un volume de 330.000 pièces. L‘indice SBF120 perd 3% à ce stade.

Selon des analystes financiers, un tel divorce avec la Caisse nationale des Caisses d’épargne (CNCE), alors que le cours de Nexity a été divisé par plus de huit depuis l‘annonce fin février 2007 de leur projet de participation croisée, aurait eu un impact dilutif pour les actionnaires minoritaires.

“Il y aurait eu une pression dilutive dans le cadre de cette opération”, commente l‘un d‘entre eux.

Il ajoute que Nexity, dont la capitalisation (420.000 pièces) a été ramenée à l’équivalent de sa participation dans le Crédit foncier et dans Eurosic, est fortement sous-valorisé.

“Certains investisseurs reviennent un peu vers les fondamentaux et Nexity apparaît très largement sous-valorisée, son activité de promotion étant valorisée à zéro”, dit-il.

Un autre analyste note qu‘une sortie d‘un actionnaire stable du capital du promoteur, ainsi que la crainte que cela ne remette en cause le partenariat industriel existant entre la CNCE et Nexity dans le domaine du logement, auraient pesé.

Certains intervenants continuent cependant à spéculer sur un éventuel divorce entre les deux groupes, du fait notamment de la situation instable au sein de la direction de la CNCE.

“C‘est une situation qui nous amène à nous poser des questions et à établir des scénarios qui peuvent revenir dans le marché sous forme de rumeurs”, souligne un analyste.

Nexity, contrôlé à 39,65% par les Caisses d‘Epargne, a publié le 5 novembre un chiffre d‘affaires sur neuf mois en hausse de 8% dans un contexte de retournement du marché et de crise du crédit, tout en confirmant s‘attendre à un résultat net 2008 de l‘ordre de 140 millions d‘euros. Mais en début d‘année, le groupe visait près de 240 millions d‘euros [ID:nL5175766]. (Juliette Rouillon, Matthias Blamont, édité par Cyril Altmeyer)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below