12 avril 2009 / 13:01 / dans 9 ans

Les résultats bancaires dicteront la tendance à Wall Street

(Version actualisée)

par Ellis Mnyandu

NEW YORK, 12 avril (Reuters) - Wall Street pourrait poursuivre sa progression dans les jours qui viennent, pour autant que les résultats bancaires attendus continuent à être aussi rassurants que ceux publiés jeudi par Wells Fargo (WFC.N).

Quatre des entreprises dont les valeurs entrent dans la composition du Dow Jones publient leurs comptes trimestriels dans la semaine qui vient, parmi lesquelles deux grandes banques, JPMorgan Chase (JPM.N) jeudi et Citigroup (C.N) vendredi.

Goldman Sachs (GS.N) publiera pour sa part ses comptes dès mardi.

General Electric (GE.N), composante du Dow dont les activités très diversifiées donneront une idée de l’évolution globale de l‘activité économique, diffusera les siens vendredi.

L‘espoir de voir la récession faiblir et le secteur bancaire montrer de premiers signes de stabilisation a permis à Wall Street de remonter la pente tout un mois durant, après un creux de 12 ans touché au début mars.

“Il semble que le marché veuille continuer à monter”, dit Andre Weisbrod (STAAAR Financial Advisors). “Mais une fois encore, tout dépend tellement des nouvelles du jour. On dirait que le cash-flow des banques va s‘améliorer, ce qui est évidemment mieux que le contraire.”

L‘indice S&P 500 .SPX a enregistré sa cinquième hausse hebdomadaire consécutive jeudi à la clôture, grâce aux résultats préliminaires étonnamment bons de Well Fargo au premier trimestre.

Wall Street était fermée vendredi, jour du Vendredi Saint, mais les cotations reprennent lundi.

Sur l‘ensemble de la semaine écoulée, le S&P-500 a gagné 1,7%, le Dow Jones .DJI 0,8% et le Nasdaq Composite .IXIC 1,9%.

Depuis le début de l‘année, le Nasdaq progresse de 4,8%, mais le Dow Jones accuse une baisse de 7,9% et le S&P perd 5,2%.

“Cela fait six mois que Wall Street ne quitte pas les bancaires des yeux et son regard sera encore plus aigu la semaine prochaine”, commente Paul Nolte (Hinsdale Associates).

Vendredi, le Wall Street Journal écrivait que Goldman Sachs envisageait de placer des titres auprès d‘investisseurs pour rembourser 10 milliards de dollars reçus dans le cadre du programme Tarp (Troubled Asset Relief Program) destiné à secourir les banques.

L‘annonce, ajoutait le WSJ en citant des sources proches du dossier, pourrait intervenir au début de la semaine qui vient. [ID:A283131]

L‘INDICE DE LA PEUR AU PLUS BAS DEPUIS SEPTEMBRE

Vendredi également, Barack Obama a dit voir “des lueurs d‘espoir” pour l’économie américaine, tout en s‘abstenant, comme prévu, d’évoquer les tests de simulation (“stress tests”) actuellement menées auprès de 19 grandes banques.

Après avoir reçu à la Maison blanche les responsables économiques et financiers du pays, le président des Etats-Unis a estimé qu‘il restait encore “beaucoup de travail à faire” pour sortir de la récession mais a ajouté qu‘il y aurait “de nouvelles actions prises par l‘administration” dans les semaines qui viennent. [ID:nLA580856]

Outre les banques, le marché sera attentif cette semaine aux résultats des entreprises technologiques, qui ont pour l‘essentiel plutôt bien résisté à la dégradation de la conjoncture ces derniers mois.

Intel (INTC.O) publiera ses comptes trimestriels mardi et Google (GOOG.O) jeudi, tous deux après la clôture.

Le marché suivra également le géant de la pharmacie Johnson & Johnson (JNJ.N), une composante du Dow qui publiera ses résultats mardi, ainsi qu‘AMR AMR.N, maison mère d‘American Airlines, qui diffusera les siens le lendemain.

“A court terme, la dynamique reste haussière”, observe Bill Strazzullo (Bell Curve). “Mais ce que nous disons à nos clients, c‘est qu‘une fois le S&P au-dessus des 860 points et le Dow au-dessus des 8.200 à 8.300, il nous faut sortir des positions spéculatives longues et réduire l‘exposition aux actions.” Echaudés par la fragilité des précédentes tentatives de reprise, dont l‘une a suivi les plus bas touchés en novembre, les stratèges se montrent circonspects.

Ils fondent cette prudence sur la récente glissade du Vix, l‘indice de volatilité du CBOE .VIX, qui passe pour l’étalon de la peur à Wall Street: il a clôturé jeudi à son niveau le plus bas depuis septembre 2008, mois qui changea la physionomie de Wall Street dans la foulée de la faillite de la banque d‘investissement Lehman Brothers.

Par rapport à son plus bas de clôture du 9 mars, point extrême d‘un marché baissier, le S&P-500 est en hausse de 26,6%. Mais il reste inférieur de 45% à son plus haut record atteint en octobre 2007.

Outre les résultats de sociétés, la Bourse devra enfin compter avec un agenda chargé en terme de statistiques économiques. Les ventes au détail de mars paraîtront mardi, tout comme l‘indice des prix à la production. Les prix de détail suivront le lendemain, ainsi que le Livre beige de la Réserve fédérale.

Les mises en chantier de mars et l‘indice de la Fed de Philadelphie tomberont jeudi, avec la statistique hebdomadaire des inscriptions au chômage. L‘indice de confiance Reuters-Université du Michigan suivra vendredi.

Version française Wilfrid Exbrayat et Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below