for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Valeo confiant pour 2020, trop tôt pour jauger l'impact du coronavirus

Valeo a réaffirmé jeudi sa prévision de performances supérieures à celles du marché cette année et d'amélioration de sa rentabilité d'exploitation, tout en reconnaissant qu'il était trop tôt pour évaluer l'impact de l'épidémie de coronavirus sur son secteur comme sur ses activités. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - Valeo a réaffirmé jeudi sa prévision de performances supérieures à celles du marché cette année et d’amélioration de sa rentabilité d’exploitation, tout en reconnaissant qu’il était trop tôt pour évaluer l’impact de l’épidémie de coronavirus sur son secteur comme sur ses activités.

L’équipementier automobile français a précisé que ses usines de la province de Hubei, qui réalisent près de 90% de son chiffre d’affaires en Chine, fonctionnaient à nouveau et que leurs chaînes d’approvisionnement se remettaient “progressivement” en place.

Plus globalement, le groupe dirigé par Jacques Aschenbroich s’attend à ce que le marché reste “incertain” en 2020 et anticipe une baisse de 2% de la production automobile mondiale.

Dans ce contexte, “nous connaîtrons à nouveau une importante surperformance, une génération significative de cash-flow libre et une amélioration de la marge opérationnelle, grâce à un strict contrôle de nos coûts et de nos investissements”, a assuré le PDG dans un communiqué.

Dans le détail, comme indiqué lors de la journée investisseurs en décembre, Valeo vise une surperformance de plus de cinq points par rapport au marché, une poursuite de la croissance de son excédent brut d’exploitation (Ebitda) et de l’augmentation de sa marge opérationnelle et une génération “significative” de flux de trésorerie disponible.

En 2019, Valeo a dégagé une marge opérationnelle de 5,8% hors impact de la grève chez le constructeur américain General Motors “en dépit du ralentissement du marché en Europe et en Chine” qui a fait baisser la production automobile mondiale de 6%.

Sur le seul deuxième semestre, la marge ressort à 6,1% (toujours hors impact de la grève chez GM), en hausse de 1,3 point par rapport à la période correspondante de 2018.

L’excédent brut d’exploitation (Ebitda) annuel s’élève à 2,496 milliards d’euros, dont 1,332 milliard sur les six derniers mois de l’exercice.

Le chiffre d’affaires annuel ressort à 19,244 milliards d’euros, en hausse de 1%, et la génération de cash-flow libre a atteint 519 millions d’euros.

Marc Angrand, édité par Bertrand Boucey

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up