March 14, 2019 / 6:38 PM / 6 months ago

LEAD 1-Vincent Bolloré cède les rênes de son empire à son fils Cyrille

* Cyrille Bolloré nommé PDG du groupe Bolloré

* Vincent Bolloré cèdera son siège d’administrateur en mai

* Le milliardaire également remplacé au conseil de Vivendi

* Il reste l’actionnaire de contrôle du groupe Bolloré (Actualisé avec contexte et précisions)

PARIS, 14 mars (Reuters) - Vincent Bolloré cède les rênes de son empire familial à son fils Cyrille, intronisé ce jeudi PDG du groupe Bolloré, franchissant une étape supplémentaire dans la transition avec la nouvelle génération des Bolloré.

Le milliardaire breton, principal actionnaire du groupe diversifié présent dans les médias, le transport, la logistique et les solutions de stockage d’électricité, ne demandera pas le renouvellement de son siège au conseil de Bolloré à l’expiration de son mandat en mai prochain.

Il cède en outre les fonctions de PDG à Cyrille Bolloré, 33 ans, qui occupait jusque-là le titre de directeur général délégué de la société.

“Le conseil d’administration a remercié M. Vincent Bolloré pour le travail accompli pour le développement de la société Bolloré depuis 38 ans”, peut-on lire dans un communiqué publié par le groupe.

Relativement discret, le cadet des fils de Vincent Bolloré, qui a fait ses armes au sein du groupe familial, est ainsi propulsé sur le devant de la scène alors qu’il est également appelé à remplacer Vincent Bolloré au conseil du groupe de médias et de divertissement Vivendi.

Le milliardaire, qui aura 67 ans début avril, avait jusque-là évoqué la date du 17 février 2022, bicentenaire de la création de l’entreprise familiale qui porte son nom, pour passer le relais à ses enfants.

Il avait déjà cédé l’an dernier la présidence du conseil de Vivendi à son autre fils Yannick, dirigeant du publicitaire Havas, devenu filiale de Vivendi.

NOUVELLE GÉNÉRATION

“Il franchit une étape de plus dans le plan de succession qu’il a lui même annoncé”, a expliqué une source au fait du dossier.

L’entrepreneur, qui est mis en examen dans le cadre d’une enquête sur des soupçons de corruption en Afrique, continuera toutefois à garder la haute main sur la société dont il reste le premier actionnaire via la holding de contrôle, la Financière de l’Odet, dont il a été nommé ce jeudi PDG.

Sous sa houlette, l’ancienne papeterie familiale qu’il a reprise au début des années 1980 alors qu’elle était en grande difficulté est devenu un empire industriel pesant plus de 11 milliards d’euros en Bourse.

Après s’être développé dans les films plastique ultra-fins, le groupe est devenu un acteur de premier plan dans le transport et la logistique en particulier en Afrique. Plus récemment, il est devenu l’actionnaire de contrôle du géant des médias et des divertissements Vivendi dans lequel il a porté sa participation à 26% en 2018.

Dans son communiqué, le groupe Bolloré a par ailleurs fait état d’un chiffre d’affaires en hausse de 7% à données comparables en 2018 à 23,02 milliards d’euros. Son résultat opérationnel a bondi de 25% pour atteindre 1,3 milliard d’euros.

Le communiqué :

reut.rs/2TIuEC5

Gwénaëlle Barzic et Mathieu Rosemain, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below