January 23, 2019 / 9:10 AM / 10 months ago

BOURSE-Ingenico chute après un nouvel avertissement sur ses résultats

PARIS, 23 janvier (Reuters) - Le titre Ingenico chute lourdement mercredi à la Bourse de Paris après le nouvel avertissement sur résultats lancé par le spécialiste des services financiers, en difficulté sur son activité historique de terminaux de paiement.

A 10h01, l’action chute de 13,56% à 45,02 euros, lanterne rouge du SBF 120, pour retomber à un plus bas depuis avril 2013.

Il s’agit de sa plus forte baisse en séance depuis le 22 février dernier, date à laquelle le groupe avait annoncé une prévision d’excédent brut d’exploitation (Ebitda) jugée décevante pour 2018.

Cet objectif a par la suite été révisé à la baisse en juillet puis en octobre, avant la nouvelle alerte lancée mardi soir.

Ingenico table désormais sur un Ebitda de l’ordre de 485 millions d’euros en 2018 contre 510 millions d’euros attendu jusque là.

En tout début d’année dernière, il tablait initialement sur un Ebitda compris entre 545 millions et 570 millions d’euros.

Les difficultés d’Ingenico ont entraîné en novembre le départ du PDG Philippe Lazare, qui était en poste depuis 2007.

Un comité d’administration indépendant a repris en main la stratégie du groupe, dirigé désormais par un directeur général, Nicolas Huss.

Ce dernier a expliqué mardi que le nouvel avertissement sur résultats était dû à des difficultés dans la division “Banks & Acquirers”, qui regroupe les activités historiques de terminaux de paiements.

“Nouvelle année, vieux problèmes et difficiles décisions”, commentent dans une note les analystes de Citi, qui s’inquiètent, outre l’abaissement des prévisions, d’un niveau de nette dette sur Ebitda qui pourrait être supérieur à l’objectif du groupe donné pour 2018 (ratio de 3,15 selon Citi contre 3 annoncé par Ingenico).

Les difficultés d’Ingenico, qui doit présenter ses prévisions pour 2019 et son plan d’action le 12 février, pourraient relancer les spéculations sur une éventuelle cession partielle ou totale du groupe.

En décembre, Ingenico a indiqué avoir décidé de ne pas donner suite aux marques d’intérêt dont il a fait l’objet, notamment de la part de Natixis.

“Nous maintenons notre scénario de ‘situation spéciale’”, estiment néanmoins les analystes de Bryan Garnier.

“Nous pensons que le but de la nouvelle équipe de direction est désormais d’améliorer la performance de son activité de terminaux de paiement (via une réduction des coûts de production) pour envisager une vente - à un groupe chinois pour Ingenico China et à un acteur français ou étranger ou bien à un fonds de capital-investissement pour le reste”, écrivent-ils dans une note.

Les analystes de Bryan Garnier estiment que le parcours d’Ingenico est comparable à celui de Gemalto - une ancienne “star” du marché qui souffre sur son activité historique, ce qui a conduit à des avertissements en série.

Gemalto a finalement été racheté par Thales. (Blandine Hénault, édité par Patrick Vignal)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below