November 6, 2018 / 5:51 PM / 7 days ago

Moody's voit monter les pressions sur les notes souveraines

LONDRES, 6 novembre (Reuters) - L’agence de notation Moody’s a averti mardi que de grandes puissances économiques comme les Etats-Unis, la Chine et l’Italie devaient faire face à des pressions croissantes sur leur notes souveraines, tout comme des pays émergents tels que la Turquie, le Brésil ou l’Argentine.

Une étude réalisée par un groupe d’analystes de Moody’s conclut que le paysage en matière de notes souveraines reste globalement stable mais souligne les risques liés au ralentissement de la croissance mondiale, aux tensions politiques, à la montée de l’endettement et à la volatilité des marchés financiers.

“Nos perspectives pour 2019 (en matière de notes souveraines) sont liées à notre prévision d’un ralentissement graduel du contexte macroéconomique sur le court terme”, explique l’étude.

“Même si notre scénario de base prévoit que le ralentissement attendu de la croissance mondiale sera graduel et atténué par une reprise des marchés émergents comme la Turquie, le Brésil et l’Argentine, le risque d’une correction plus marquée augmente.”

Moody’s ajoute que les tensions intérieures ou internationales restent le principal risque extrême pesant sur les notes souveraines.

Les politiques commerciale et étrangère offensives des Etats-Unis constituent pour l’agence “une menace de plus en plus étendue pour la confiance et la croissance mondiales”, tandis que le Brexit ou la situation politique en Italie sont susceptibles de raviver l’instabilité financière en Europe.

L’étude ajoute qu’avec des taux d’intérêt encore historiquement bas dans les principales économies du monde et des situations budgétaires de plus en plus tendues, les marges permettant de mettre en oeuvre si nécessaire des politiques de soutien à la croissance se trouvent limitées.

Dans ces conditions, une crise de confiance pourrait donc se propager à l’échelle mondiale alors même que les tensions politiques croissantes entre grandes régions et au sein de certaines d’entre elles risquent d’empêcher des ripostes coordonnées comparables à celles mises en oeuvre face à la crise financière.

“Parmi les économies avancées, l’Italie, le Japon et les Etats-Unis sont confrontés à une dégradation des perspectives budgétaires au vu des progrès limités des réformes budgétaires”, estime l’étude.

En Chine, ajoute-t-elle, les politiques de désendettement et de réduction de l’exposition aux risques risquent d’être remises en cause par le caractère plus accommodant des politiques monétaire et budgétaire visant à compenser la dégradation de la demande extérieure liée aux tensions commerciales avec les Etats-Unis.

Au Brésil, le projet en cours de réforme des retraites reste “critique” pour la solidité des finances publiques, souligne aussi Moody’s, ajoutant que de nombreux pays, comme la Turquie, l’Argentine et le Pakistan entre autres doivent s’attaquer aux déséquilibres de leur budget et de leurs comptes extérieurs.

“Nos perspectives stables pour 2019 supposent que le consensus largement répandu au sein des décideurs politiques sur la nécessité de (consolider les finances publiques) est soutenu”, ajoute l’étude.

“Mais les marges de manoeuvre déjà étroites permettant de mettre en oeuvre des politiques souvent impopulaires se réduisent et la volonté s’affaiblit.”

Marc Angrand pour le service français, édité par Juliette Rouillon

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below