June 21, 2018 / 11:42 AM / 5 months ago

GESTION-Les incohérences de Trump pèsent sur les marchés-Pictet

PARIS, 21 juin (Reuters) - Les marchés financiers bénéficient d’un environnement favorable qui entraînerait sans doute une nette hausse des actions comme des rendements obligataires sans les incohérences de la politique économique américaine, fait valoir Christophe Donay, responsable de l’allocation d’actifs et de la recherche macroéconomique pour Pictet Wealth Management.

“Les fondamentaux sont plutôt sympathiques, la croissance des bénéfices se situe autour de 9% pour les sociétés européennes et elle devrait attendre 25% à la fin de l’année pour le S&P-500, ce qui est extraordinaire et s’explique à la fois par une croissance toujours robuste et par l’effet de la baisse de la fiscalité sur les entreprises”, a-t-il dit jeudi lors d’un point de presse à Paris.

Une inflation qui n’accélère pas trop vite et un resserrement monétaire des grandes banques centrales qui reste modéré et progressif complètent un tableau a priori idyllique pour les actions et défavorable aux obligations, a-t-il prolongé.

“Tout cela devrait se traduire par une forte hausse des marchés d’actions et par une forte baisse des marchés obligataires, ce qui n’est pas vraiment le cas”, a-t-il dit.

Le S&P-500 enregistre ainsi une progression d’environ 3,5% depuis le début de l’année, contre plus de 19% sur l’ensemble l’an dernier, l’indice large européen Stoxx 600 étant pour sa part en territoire négatif pour 2018 (autour de -1,6% contre +7,7% en 2017), ce qui confirme les propos du stratège de Pictet.

Quant aux rendements des emprunts d’Etat, leur progression reste contenue avec quelques incursions au-delà de 3% pour le dix ans américain mais rien de spectaculaire.

“Les taux longs ne montent pas comme on pourrait le craindre et les actions ne montent pas comme on pourrait l’espérer”, a-t-il résumé.

“La raison, à mon sens, en est l’incohérence de la politique économique des Etats-Unis”, a-t-il dit en soulignant la contradiction entre un aspect libéral illustré notamment par les baisses d’impôts et un volet protectionniste bien visible dans le bras de fer auquel se livrent Washington et Pékin sur le front des échanges commerciaux.

“C’est du bruit politique à ce stade parce que cela ne modifie pas la dynamique économique des Etats-Unis et de la Chine”, a-t-il dit à propos des tensions actuelles, avant d’ajouter que le scénario d’une escalade qui changerait la donne ne pouvait être exclu.

“N’est-ce que du bruit ou est-ce quelque chose de beaucoup plus profond ? Le marché a besoin de trier le bon grain de l’ivraie et n’y parvient pas”, a-t-il dit.

“Cela crée des doutes et le marché déteste les doutes parce que, dès qu’il y a doutes, il y a moins de visibilité, et s’il y a moins de visibilité, le marché exige une prime de risque”, a-t-il ajouté avant de donner l’exemple de la correction observée début février sur les obligations puis sur les actions.

Patrick Vignal, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below