March 20, 2018 / 2:36 PM / 6 months ago

Le fonds SSVF espère un accord avec le conseil de Latécoère

* SSVF et La Financière de l’Echiquier ont pris ensemble 6,47%

* Les deux fonds ont réclamé en vain une modification du conseil

* Les fonds Apollo et Monarch sont les premiers actionnaires

par Cyril Altmeyer

PARIS, 20 mars (Reuters) - Sterling Strategic Value Fund (SSVF), le fonds qui détient 6,47% de Latécoère en concert avec la Financière de l’Echiquier, espère parvenir d’ici quelques semaines à un accord avec le conseil d’administration de l’équipementier aéronautique sur sa gouvernance, a déclaré mardi son président à Reuters.

L’Autorité des marchés financiers (AMF) a fait savoir lundi dans un avis que SSVF et la Financière de l’Echiquier avaient franchi le 13 mars le seuil de 5% du capital de Latécoère et qu’ils pourraient poursuivre cette action de concert afin d’obtenir la nomination de nouveaux administrateurs indépendants au conseil du fournisseur d’Airbus et de Boeing.

“Nous avons soumis nos propositions au conseil et espérons parvenir à un accord sur un terrain d’entente dans les semaines à venir”, a déclaré à Reuters Massimo Pedrazzini, président de Sterling Strategic Value Fund, qui détient 3,36% de Latécoère.

En réponse à une question sur les changements stratégiques souhaités au sein de Latécoère, qui fournit des fuselages, des portes et des câblages aux avionneurs, il a répondu : “A ce stade, nos propositions ont principalement trait aux questions de gouvernance”.

L’action de concert menée avec SSVF est nécessitée par le “refus poli” de la part des deux premiers actionnaires, les fonds Monarch et Apollo, d’envisager l’arrivée de nouveaux administrateurs, a dit de son côté Didier Le Menestrel, président de La Financière de l’Echiquier, qui détient 3,11% de Latécoère.

“Il ne nous semble pas normal que 25,8% du capital contrôle la moitié du conseil d’administration de Latécoère”, a-t-il argué.

SSVF et La Financière de l’Echiquier se sont refusés à tout commentaire sur le niveau auquel ils pourraient monter au capital de Latécoère.

L’action Latécoère s’adjuge 3,76% à 4,8250 euros vers 15h00, réduisant son recul depuis le début de l’année à 15,5% après un bond de 36% en 2017, et donnant une capitalisation de 437 milions d’euros.

RISQUE DE CONFLITS D’INTERETS

Didier Le Menestrel a appelé de ses voeux la nomination de professionnels reconnus de l’industrie aéronautique, “si possible français”, pour mieux représenter l’ensemble des actionnaires minoritaires, qui représentent 74,2% du capital.

“Avec cinq administrateurs sur onze, Apollo et Monarch disposent d’un pouvoir important sur les décisions du conseil d’administration de Latécoère ce qui soulève des questions, notamment sur des risques potentiels de conflits d’intérêt avec d’autres participations de leurs fonds”, a ajouté Didier Le Menestrel.

Latécoère et Apollo se sont refusés à tout commentaire, tandis que Monarch n’était pas immédiatement joignable.

Actuellement trois administrateurs sont proposés par Apollo et deux par Monarch, qui ont participé en 2015 à la recapitalisation de 280 millions d’euros de Latécoère.

Apollo et Monarch sont entrés ensemble en 2015 au capital du groupe pour participer à deux augmentations de capital d’un total de 280 millions d’euros pour renforcer le groupe.

Yannick Assouad, issue de Zodiac Aerospace, est devenue directrice générale de Latécoère en novembre 2016 après le départ de Frédéric Michelland.

Latécoère, dont la marge opérationnelle courante ajustée a augmenté d’un demi-point à 7,3% en 2017, a dit début mars prévoir une légère hausse de son chiffre d’affaires à taux de change constant en 2018 par rapport aux 652,5 millions d’euros de l’an passé.

Airbus, de loin le premier client de Latécoère, est particulièrement attentif à l’évolution de la gouvernance de ses fournisseurs en pleine montée en cadence de production du monocouloir A320 et du long-courrier A350.

L’avionneur européen a ainsi fait savoir jeudi dernier qu’il jugerait “pratiquement impossible” de passer de nouvelles commandes au britannique GKN s’il était racheté par un repreneur n’ayant que des visées à cour terme, des commentaires qui devraient apporter un soutien au groupe d’ingénierie britannique pour repousser l’offre hostile de Melrose Industries . (Edité par Matthieu Protard)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below