October 25, 2017 / 8:58 AM / a year ago

BOURSE-Bic chute de 10%, plus forte baisse du SBF120 après le T3

25 octobre (Reuters) - Le titre Bic accusait mercredi la plus forte baisse de l’indice SBF 120 et du Stoxx 600 après un troisième trimestre encore difficile, en particulier aux Etats-Unis et au Brésil.

Le chiffre d’affaires du fabricant de stylos, briquets et rasoirs jetables a reculé de 5,0% à 465,8 millions d’euros au troisième trimestre (-0,9% en organique), un chiffre inférieur au consensus, situé autour de 489 millions par des analystes.

Le groupe avait préparé le terrain en annonçant le 29 septembre dernier une révision à la baisse de sa prévision de croissance organique, confirmée ce mercredi, à un peu moins de 2% cette année alors qu’il anticipait précédemment une progression dans une fourchette entre 3% et 4%.

Bic a également confirmé sa prévision de recul de la marge d’exploitation normalisée 2017 inférieur à 100 points de base, qu’il n’avait pas modifiée fin septembre, un objectif jugé toutefois trop optimiste par des analystes.

A 10h54, le titre Bic chute ainsi de 10,99% à 81,16 euros, accusant de loin le plus fort repli du SBF 120 (+0,02%) et du Stoxx 600 (-0,08%).

Il perd plus de 36% depuis le début de l’année (-12% pour le SBF 120), ramenant sa capitalisation boursière à moins de quatre milliards d’euros.

“La guidance semble difficile à atteindre après cette publication et alors que la pression aux Etats-Unis ne devrait pas disparaître prochainement”, observent ainsi dans une note les analystes de Natixis.

“Le titre va rester sous pression en raison de: (i) la publication du T3 inférieure aux prévisions, (ii) la guidance annuelle du chiffres d’affaires semble hors de portée de Bic et (iii) que l’on peut s’interroger sur la tendance à moyen terme, en particulier dans les rasoirs”, soulignent également les analystes de Bryan Garnier dans une note.

Le PDG, Bruno Bich, reconnaît que 2017 est une année difficile sur la plupart des marchés du groupe.

“La performance de l’Amérique du Nord reflète la déstabilisation sans précédent du marché des rasoirs aux Etats-Unis ainsi que des réductions inattendues de stocks de briquets de la part des distributeurs”, observe-t-il dans un communiqué.

“Notre ralentissement dans les marchés en croissance s’explique principalement par la réduction des stocks de nos détaillants dans les trois catégories (papeterie, rasoirs, briquets, ndlr) au Brésil”, précise-t-il.

Au troisième trimestre, le groupe a dégagé un résultat d’exploitation normalisé de 83,5 millions, soit une marge de 17,9% et un résultat net, part du groupe, de 57,8 millions (-21,5%).

Au T3, l’activité papeterie progresse de 3,6% en organique, celle des briquets recule de 1,7% et les rasoirs de 5,1%.

En terme de zones géographiques, l’Europe affiche une croissance organique de 6,4% au T3 tandis que les Etats-Unis et les marchés dits “en croissance” reculent respectivement de 4,5% et de 2,2%.

Le communiqué : bit.ly/2y5JweQ

Jean-Michel Bélot, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below