6 novembre 2014 / 07:59 / il y a 3 ans

LEAD 2-CGG-Fort recul au T3, la restructuration devrait suffire

* Perte nette de $116 mlns au T3

* CGG confirme ses objectifs

* Le groupe exclut de nouveau toute augmentation de capital

* L‘action bondit de 13% (Actualisé avec commentaires et réaction en Bourse)

PARIS, 6 novembre (Reuters) - Le spécialiste français des services et équipements géophysiques CGG a rassuré les investisseurs jeudi en estimant suffisant son plan de transformation pour faire face à la baisse des cours du pétrole, malgré des résultats en forte baisse au titre du troisième trimestre 2014.

Pénalisé par la réduction des budgets d‘exploration des compagnies pétrolières, CGG a fait savoir dans un communiqué que son programme de réduction d‘effectifs de plus de 10% d‘ici la fin de l‘année, qui concerne plus de 1.000 personnes, était engagé à plus de 90% au 31 octobre.

CGG a en outre indiqué que la réduction de sa flotte de 18 à 13 navires était d‘ores et déjà effective.

“Dans un environnement de marché difficile, marqué depuis mi-juillet par une baisse rapide des prix du pétrole, le comportement prudent des compagnies pétrolières, constaté depuis le début de l‘année, s‘est accentué”, a souligné son directeur général Jean-Georges Malcor.

“Nous pensons qu‘avec le plan de transformation actuel, qui peut être aménagé à la marge, nous sommes bien armés et prêts à pouvoir traverser ces périodes difficiles, même avec un cours du pétrole où il est aujourd‘hui”, a-t-il également estimé lors d‘une conférence téléphonique.

Jean-Georges Malcor a réaffirmé que CGG, après avoir renégocié ses accords de crédit, n‘avait pas besoin d‘augmentation de capital et n‘envisageait donc pas une telle opération.

“NOUVELLES RASSURANTES CONCERNANT LE BILAN”

Il a également confirmé que les résultats de CGG devraient être supérieurs au second semestre à ceux du premier semestre et que le groupe avait toujours comme objectif d‘améliorer sa marge d‘Ebit de 400 points de base en 2016.

Au troisième trimestre, CGG a accusé une perte nette de 116 millions de dollars (contre un bénéfice de 4 millions un an plus tôt), qui inclut 64 millions de charges non récurrentes liées notamment à sa restructuration et à la dépréciation de son investissement dans la coentreprise Seabed Geosolutions, tandis que son chiffre d‘affaires s‘est replié de 24% à 694 millions.

Son résultat d‘exploitation (Ebit) avant charges non récurrentes atteint 40 millions de dollars, contre 95 millions au troisième trimestre 2013.

“L‘Ebit affiche une bonne résistance (...) La bonne surprise au niveau de l‘Ebit provient de la division GGR (Géologie, Géophysique & Réservoir) qui affiche une marge de 24% contre 18% au troisième trimestre 2013 et 21% au deuxième trimestre 2014 grâce à une amélioration des taux de préfinancement alors que les après-ventes sont en recul de 13% et 18% en séquentiel”, constate dans une note Gilbert Dupont.

“La solidité de la rentabilité de GGR devrait être confortée après l‘intérêt récemment observé sur la bibliothèque MC (multi-clients) du groupe, notamment au golfe du Mexique, qui permet de valider l‘objectif annuel de préfinancement de 70%”, estime le broker.

La dette nette ressortait à 2,579 milliards de dollars à fin septembre, ce qui représentait un ratio dette nette sur Ebitda de 2,9 - inférieur au plafond prévu par les accords de crédits du groupe, qui a été par ailleurs réajusté de 3,00 à 3,75.

“Le titre pourrait rebondir après une performance opérationnelle en ligne et les nouvelles rassurantes concernant le bilan (renégociation du convenant) et les ventes multiclients”, écrivait Portzamparc dans un mémo avant l‘ouverture de la Bourse.

De fait, en Bourse, la réaction est vive, l‘action gagnant 13,57% à 5,02 euros à 10h35, contre un recul de 0,45% au même instant pour le SBF 120.

La valeur, comme d‘autres acteurs du secteur parapétrolier, perd environ 52% depuis fin juin, en raison de la baisse des cours du pétrole, le baril de Brent se négociant jeudi matin à 82,90 dollars, soit 26% de moins qu‘à fin juin et au plus bas depuis octobre 2010.

Graphique de l‘évolution de l‘action CGG :

bit.ly/1Gsq3Fa

* Le communiqué :

bit.ly/1vMWs0W (Benjamin Mallet et Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below