23 avril 2012 / 06:33 / dans 6 ans

SALON-Citroën voit le marché auto chinois croître de 7% en 2012

* Journées presse du salon de l‘auto de Pékin lundi et mardi

* Citroën en vedette avec son concept-car “Numéro 9”

* Joue la carte du luxe à la française sur un marché très disputé

* La marque ne craint pas une décélération en Chine cette année -interview

par Gilles Guillaume et Laurence Frost

PARIS/PEKIN, 23 avril (Reuters) - Citroën prévoit cette année une hausse d‘environ 7% du marché automobile en Chine, où la marque du groupe PSA lancera fin juin sa nouvelle gamme de DS haut de gamme, a déclaré à Reuters son directeur général Frédéric Banzet, à l‘occasion du salon de Pékin.

La Chine sera, avec la Russie et le Brésil, le premier test à l‘international pour les DS4 et les DS5 de Citroën, qui sera en vedette à Pékin avec un concept-car “Numéro Neuf” luxueux et spectaculaire. Les deux modèles sortiront des usines de Mulhouse et Sochaux avant d’être assemblés en Chine à partir du second semestre 2013 dans le cadre d‘une coentreprise avec Changan.

“A ce jour on ne modifie pas la prévision de croissance qu‘on a sur l‘année, qui est de l‘ordre d’à peu près 7% et qui est cohérente avec la cible de croissance des autorités chinoises”, a déclaré Frédéric Banzet lors d‘une interview.

“Je ne pense pas qu‘il y ait d‘inquiétude à avoir sur un ralentissement du marché chinois. On a des conditions d‘accès au crédit qui sont plus ou moins resserrées par moment en Chine, mais pour moi c‘est un marché globalement bien géré.”

Le marché automobile chinois, le premier du monde, a vu sa croissance retomber autour de 5% en 2011, après des booms de 53% puis 33% en 2009 et 2010, faisant craindre une poursuite de la décélération cette année. La Chine sera cependant loin devant l‘Europe où une baisse de 5% est attendue, et de la France où le recul pourrait atteindre 10%.

UN SEGMENT PREMIUM TRÈS DYNAMIQUE

Dans le cadre de sa stratégie d‘internationalisation de ses ventes, PSA veut doper sa part en Chine, désormais son deuxième marché derrière la France, pour la porter à 8% entre 2015 et 2020 contre un peu plus de 3% actuellement.

Citroën entend jouer la carte du luxe à la française en Chine face à l‘omniprésence dans le haut de gamme du trio allemand BMW, Audi et Mercedes et les ambitions des constructeurs locaux comme BAIC.

“Le segment des voitures premium au sens large en Chine est le plus grand du monde (...) et reste tout à fait dynamique”, a déclaré Frédéric Banzet. “Les volumes que l‘on annonce, au moins pour la DS5 - on a parlé d’à peu près 35.000 voitures par an - sont donc relativement raisonnables par rapport à la taille du marché chinois.”

Emblème de cette stratégie de montée en gamme, la famille DS s‘agrandira à l‘automne avec une version décapotable de la DS3 qui sera présentée au Mondial de l‘automobile à Paris. Viendront ensuite pour la Chine à partir de 2014 une version avec coffre séparé de la DS4, un 4x4 et une berline plus grande que la DS5, qui seront toutes produites sur place et dont le concept-car “Numéro Neuf” préfigure le style.

Vers 2015-2016, la Chine devrait représenter la moitié des 400.0000 DS qui devraient être vendues dans le monde à cet horizon, l‘objectif intermédiaire étant de 200.000 ventes mondiales en 2014.

L‘HÉRITAGE DE LA LUXUEUSE DS23 DE 1955

La ligne premium de Citroën, inaugurée en Europe avec la petite DS3, a représenté en 2011 quelque 7% des immatriculations de la marque et devrait doubler à 14% environ cette année, Chine non comprise.

“Citroën a une longue histoire avec la Chine, qui a commencé avec la Croisière jaune”, a rappelé Frédéric Banzet.

“Cette notion d‘histoire de Citroën est importante, on se réfère notamment à l‘héritage de la DS de 1955, dont certains codes sont repris par la ligne DS moderne”, a-t-il dit, évoquant l‘arrière du toit en “aileron de requin” et l‘utilisation généreuse du cuir censée reproduire l‘impression de luxe qui se dégageait de la DS 23 de 1955, dont un exemplaire sera d‘ailleurs exposé à Pékin.

“Ce sont des clins d‘oeil, mais la notion d‘histoire et d‘héritage est quelque chose d‘important en Chine. Les Chinois sont sensibles à l‘histoire des marques, à leur passé et à leur force.”

Peugeot, l‘autre marque de PSA, compte vendre en Chine cette année 65.000 exemplaires de sa nouvelle grande berline 508, sur un objectif de ventes mondiales de 200.000.

Renault assure actuellement sa présence en Chine avec un petit volume du crossover Koleos, importé de Corée du Sud. Mais après avoir laissé le marché chinois à son partenaire japonais Nissan, il compte produire sur place à partir de 2014-2015. Etape clé de ce processus, il a signé un protocole d‘accord de coentreprise avec le chinois Dongfeng Motor Group , et compte obtenir le feu vert de Pékin d‘ici la fin de l‘année. (voir )

Le salon de l‘automobile de Pékin, devenu comme celui de Shanghai un rendez-vous incontournable pour le monde de l‘automobile, sera ouvert au public jusqu‘au 2 mai après deux journées réservées à la presse lundi et mardi.

* Le site du salon de Pékin :

here (Edité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below