12 avril 2012 / 06:58 / il y a 6 ans

LEAD 3-Carrefour reste à la peine au T1 sauf en Amérique latine

* Ventes +1,4% au T1, -2,1% en comparable et hors effet calendaire

* Les hypermarchés en France en forte baisse

* Chute des ventes en Europe du Sud, la Chine reste en baisse

* Graphiques comparant les grands distributeurs mondiaux :

* r.reuters.com/puq57s (Actualisé avec précisions, commentaires d'analyste)

par Pascale Denis

PARIS, 12 avril (Reuters) - Carrefour, dont les performances se sont encore détériorées en France et en Europe du Sud au premier trimestre, s‘apprête à affronter un nouvel exercice difficile alors que la dégradation du climat économique en Europe continue de peser sur les dépenses de produits non alimentaires.

Le deuxième distributeur mondial derrière Wall Mart est parvenu à stabiliser son chiffre d‘affaires grâce à l‘Amérique latine et à un effet calendaire positif, qui ont masqué une poursuite de la baisse des ventes en France, en Europe du Sud mais aussi en Chine.

Ses ventes ont totalisé 22,5 milliards d‘euros sur les trois premiers mois de l‘année, un chiffre légèrement inférieur au consensus de 22,6 milliards établi par Reuters.

En données publiées, elles signent une progression de 1,5% grâce à un effet calendaire positif et à une hausse des prix de l‘essence. Mais à données comparables et hors essence, elles sont quasiment stables (-0,1%) et sans l‘effet du calendrier, elles reculent de 2,1%.

“Les tendances sont mauvaises dans presque tous les marchés, surtout en France et en Europe du Sud”, soulignent les analystes de la banque Espirito Santo, qui évoquent en particulier une très forte détérioration dans le non-alimentaire particulièrement touché par la crise.

Le non-alimentaire - qui subit les effets de la crise en Europe et la concurrence du commerce électronique comme des enseignes spécialisées - constitue, aux dires des analystes, le plus gros chantier auquel Georges Plassat, futur PDG du groupe, va devoir s‘atteler.

Les analystes de Barclays parlent d‘un “nouveau trimestre difficile” qui témoigne de l‘ampleur de la tâche qui lui incombe.

Sans surprise, Carrefour n‘a donné aucune indication sur ses anticipations pour l‘exercice en cours, alors que Georges Plassat ne sera nommé à la tête de l‘entreprise qu’à compter du 18 juin.

ANTICIPATIONS DE BAISSE DES RÉSULTATS

De l‘avis des analystes, le redressement de Carrefour, qui souffre d‘un mauvais positionnement de prix, d‘une forte exposition à l‘Europe du Sud plombée par la crise ainsi que d‘un format - l‘hypermarché - en difficulté en France, prendra beaucoup de temps et demandera aux investisseurs de s‘armer de patience.

Selon ceux d‘Oddo Securities, “l‘année 2012 devrait être une nouvelle année de sacrifices en termes de résultats” et le redressement pourrait prendre trois ou quatre ans.

Les chiffres du premier trimestre ne font que renforcer la conviction d‘UBS : le consensus qui table sur une stabilité du résultat opérationnel de Carrefour en 2012 est “extrêmement optimiste”, et les analystes de la banque anticipent une nouvelle chute de l‘Ebit (-18% après une baisse de 19% en 2011).

Hors effet calendaire, les ventes de Carrefour en France ont reculé de 3,1% au premier trimestre.

Celles de ses hypermarchés, gros point noir, ont encore accentué leur chute, à -5,8% après une baisse de 4,7% au quatrième trimestre de 2011, accusant la plus forte baisse depuis 2009, date à laquelle l‘actuel PDG Lars Olofsson avait pris les rênes du groupe.

Le distributeur, qui s‘est lancé à l‘automne 2011 dans une stratégie de repositionnement des prix de ses hypers en France pour tenter de réduire l’écart avec ses concurrents, principalement Leclerc, a fait savoir par la voix de son directeur financier Pierre-Jean Sivignon qu‘une “certaine amélioration était en cours”.

“L‘image prix de Carrefour a donné au premier trimestre des signes d‘amélioration”, a-t-il dit. Mais à court terme, l‘abandon d‘importantes opérations promotionnelles au profit de prix durablement plus bas pèse sur le chiffre d‘affaires.

En Europe, les ventes ont reculé de 3,8% à données comparables et hors essence, plombées par la très forte détérioration de l’économie des pays du Sud, en particulier en Espagne où les ventes ont reculé de 6,1% (-8,1% hors effet calendaire), en Italie (-4,6% hors effet calendaire) et en Grèce où la chute a atteint 15,9% à données comparables et hors essence.

Dans les pays émergents, la seule bonne nouvelle est venue d‘Amérique latine, en particulier du Brésil, où les ventes ont progressé de 7,8% en donnés comparables (+6,0% hors effet calendaire), tandis qu‘en Chine la baisse s‘est poursuivie (-6,9%).

Ces chiffres peu encourageants mais conformes aux attentes des analystes ont soutenu l‘action Carrefour en matinée. Des traders parisiens ont fait état d‘un rebond purement technique pour un titre qui avait essuyé un recul de 17% au cours des trois dernières semaines et était entré dans une zone de “survente”.

En début d‘après-midi, il gagnait 1,09% à 16,25 euros, dans un marché en repli de 0,3%.

Voir aussi:

* Le communiqué de Carrefour :

link.reuters.com/web67s

* La présentation :

link.reuters.com/xeb67s

* Carrefour confie les rênes à Georges Plassat pour se redresser

* ANALYSE-Carrefour, le colossal chantier de Georges Plassat

* PORTRAIT-Georges Plassat, l‘homme du grand défi (Avec Blaise Robinson, édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below