6 mai 2009 / 06:04 / dans 9 ans

LEAD 2 Lafarge - T1 moins faible que prévu, 2009 toujours floue

(Actualisé avec téléconférence, Holcim et analyste)

* Lafarge et Holcim ont publié des résultats du T1 en forte baisse

* Le français fait mieux que le consensus, le suisse moins bien

* Tous deux donnent la priorité à la solidité financière

* Lafarge attend une baisse de 2 à 5% des volumes de ciment en 2009

par Gilles Guillaume

PARIS, 6 mai (Reuters) - Lafarge LAFP.PA a fait état mercredi d‘une forte baisse de ses résultats au premier trimestre, le ralentissement économique pesant sur la demande mondiale en ciment, mais le numéro un mondial est parvenu néanmoins à dépasser le consensus.

Le spécialiste français des matériaux de construction, qui n‘attend toujours pas des retombées significatives des plans de relance publics avant 2010, a vu son chiffre d‘affaires baisser de 9% sur les trois premiers mois à 3,629 milliards d‘euros, alors que les analystes interrogés par Reuters Estimates tablaient en moyenne sur 3,621 milliards.

Le résultat d‘exploitation courant a chuté quant à lui de 35% à 335 millions d‘euros - le consensus donnait une baisse de 39,2% à 311,1 millions - et le résultat net part du groupe fait apparaître une perte de 17 millions contre un bénéfice de 150 millions au premier trimestre 2008. Le consensus Reuters Estimates donnait -21,7 millions.

Son concurrent suisse Holcim HOLN.VX a fait état de son côté d‘une chute de 80% du bénéfice net après minoritaires à 74 millions de francs, très loin des 130 millions attendus par les analystes [ID:nL6518745].

Outre le retournement du marché de la construction, “les deux groupes ont été très affectés par les mauvaises conditions métérologiques sur les marchés matures”, commente Collins Stewart dans une note de recherche. “Pour l‘avenir, les nouvelles prévisions sont rares, dans un cas comme dans l‘autre.”

Vers 11h40, l‘action Lafarge gagne 4,12% à 47,3750 euros tandis que le titre Holcim grignotte 0,33% à 60,60 francs.

PRIORITE AU CASH EN ATTENDANT LA REPRISE

Holcim s‘est gardé une nouvelle fois de faire des pronostics chiffrés pour l‘année 2009 tandis que Lafarge a souligné que la visibilité restait limitée.

“Etablir des prévisions est un exercice difficile au regard du niveau élevé d‘incertitude de l’économie mondiale et de la traditionnelle saisonnalité du premier trimestre”, a précisé le groupe français dans son communiqué de résultats.

“Les résultats du premier trimestre se traduisent habituellement par un résultat net faible qui ne préfigure pas des résultats de l‘année pleine ou des trimestres à venir”, a-t-il ajouté.

Lafarge a toutefois révisé son estimation des volumes de ciment en 2009, qu‘il attend maintenant en baisse de 2 à 5%, alors qu‘il anticipait jusqu’à présent au mieux une stabilité, au pire un recul de 3%.

Dans un secteur où un tiers environ des coûts sont fixes, toute baisse des volumes se répercute sensiblement sur les marges. Au premier trimestre, la marge opérationnelle de Lafarge est ainsi tombée à 9,2%, contre 12,8% un an plus tôt et 8,6% attendu.

Si les prix devraient rester bien orientés dans l‘ensemble, ajoute le groupe français, la baisse des volumes pourrait peser sur les marges opérationnelles.

Au premier trimestre, le chiffre d‘affaires de Lafarge dans le ciment a reculé de 9%, les conditions de marché difficiles et les conditions météo défavorables observées en Europe et en Amérique du Nord étant atténuées par une croissance toujours solide au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie.

Dans les granulats et le béton d‘une part, et le plâtre d‘autre part, deux segments plus exposés aux marchés développés, les baisses ont atteint respectivement 11 et 12%.

Dans ce contexte, Lafarge et Holcim continuent de donner la priorité à leur solidité financière et à la génération de cash en attendant la reprise. Le cimentier français a déjà procédé à une augmentation de capital, notamment pour réduire sa dette, engagé des économies structurelles et cédé 230 millions d‘actifs depuis le 1er janvier.

Interrogé sur l‘augmentation de 10% de la dette nette consolidée du groupe observée sur les trois premiers mois de l‘année, le PDG de Lafarge Bruno Lafont a expliqué que “la dette augmente traditionnellement au premier trimestre parce que vous avez une génération de cash flow qui est plus faible sur la période.”

“Nous attendons un recul significatif de l‘endettement du groupe sur l‘année, et ceci sera visible au deuxième trimestre”, a-t-il ajouté.

Holcim a assuré de son côté que ses programmes d’économies et la suspension rapide de capacités de production superflues adouciraient les conséquences de la baisse des ventes de ciment.

(Avec Silke Koltrowitz)

Edité par Jacques Poznanski

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below