February 14, 2019 / 9:22 AM / 5 months ago

LEAD -Airbus met fin à son programme de très gros porteur A380

* Le dernier A380 sera livré en 2021

* Airbus va discuter emplois avec les syndicats

* Emirates limite sa flotte d’A380, commande à la place des A330 et A350

* Des résultats solides, salués par une forte hausse du titre (Actualisé avec analyste, précisions)

par Tim Hepher

TOULOUSE, 14 février (Reuters) - Airbus a annoncé jeudi la fin de son programme de très gros porteur A380, qui n’a jamais remporté le succès escompté et dont le dernier exemplaire sera livré en 2021, une annonce qui contraste avec les solides résultats annuels publiés le même jour par le groupe.

Le plus grand avion de ligne au monde, capable de transporter 544 passagers, avait été conçu pour concurrencer le légendaire 747 de Boeing, mais n’a jamais réussi à s’imposer, les compagnies aériennes se tournant plutôt vers une génération d’appareils plus petits et plus maniables.

Confirmant cet arrêt de production que Reuters avait évoqué le premier, Airbus a indiqué qu’Emirates - le plus grand client de l’A380 - avait décidé de réduire ses commandes du très gros porteur et d’opter pour 40 A330-900 et 30 A350-900, des appareils plus petits et plus faciles à exploiter.

Au total, Emirates réduit son carnet de commandes d’A380 de 162 à 123 appareils.

“La conséquence de cette décision est que notre carnet de commandes n’est plus suffisant pour nous permettre de maintenir la production de l’A380, et ce, malgré tous nos efforts de ventes auprès d’autres compagnies ces dernières années”, déclare dans un communiqué Tom Enders, le président exécutif d’Airbus.

Airbus précise qu’il engagera des discussions avec ses partenaires sociaux dans les semaines à venir concernant les 3.000 à 3.500 postes susceptibles d’être affectés par cette décision dans les trois prochaines années.

Sur RTL, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a ainsi appelé Airbus à reclasser les salariés concernés et à ce qu’il n’y ait aucun impact sur l’emploi.

DES RÉSULTATS ET DES PERSPECTIVES JUGÉES SOLIDES

La compagnie Emirates, qui a construit sa marque mondiale autour de l’A380 et du Boeing 777 et qui possède également 100 superjumbos Airbus dans sa flotte, s’est dite déçue par l’arrêt de la production du très gros porteur.

“Emirates est un fervent partisan de l’A380 depuis sa création”, a déclaré le président de la compagnie, Cheikh Ahmed ben Saïd al-Maktoum, alors que cette décision a été prise après l’échec des négociations entre la compagnie et le britannique Rolls-Royce sur une nouvelle motorisation de l’appareil.

L’A380, qui a effectué son vol inaugural en 2005, a constitué une étape majeure dans les efforts déployés par Airbus pour se porter à la hauteur de son concurrent Boeing.

Mais les ventes des plus gros quadrimoteurs ont diminué en raison du développement d’offres alternatives représentées par les Boeing 787 et 777 ou le nouveau long-courrier A350 d’Airbus.

La fin du programme de l’A380 - qui fait l’objet d’une provision de 463 millions dans les comptes 2018 d’Airbus - est la dernière décision importante prise par Tom Enders, qui cédera la place à Guillaume Faury en avril.

L’arrêt de ce programme emblématique a fait passer au second plan les résultats annuels du groupe, qui sont meilleurs que prévu. Les investisseurs ne s’y sont toutefois pas trompés.

A 10h20, le titre Airbus enregistrait en effet une des plus fortes progressions de l’indice européen Stoxx 600, avec un gain de 5,35% à 109,96 euros.

Le leader européen de l’aéronautique, l’espace et la défense a annoncé un Ebit ajusté à 5,8 milliards (+83%) sur la base d’un chiffre d’affaires de 64 milliards (+8%) sur l’année, les résultats du 4e trimestre étant supérieurs aux attentes.

“Les résultats annuels 2018 sont bons et les objectifs 2019 sont très encourageants et supérieurs aux attentes à tous niveaux”, observent dans une note les analystes d’UBS, à l’achat sur le titre.

Airbus table sur 880 à 890 livraisons d’appareils en 2019 - contre 800 en 2018 - avec une hausse de 15% de son résultat d’exploitation.

Le deuxième constructeur mondial derrière l’américain Boeing a précisé que la production de son monocouloir vedette A320 devrait passer à 60 par mois d’ici la fin du premier semestre et à 63 unités par mois en 2021. Le rythme de production est le principal moteur des résultats d’Airbus.

Le communiqué sur les résultats: bit.ly/2UYfyoK

La présentation: bit.ly/2GHiWAy (Version française Jean-Michel Bélot et Catherine Mallebay-Vacqueur, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below