3 décembre 2012 / 11:55 / il y a 5 ans

AVANT-PAPIER-GDF Suez est attendu sur ses réductions de coûts

* Journée investisseurs jeudi

* Les analystes attendent un plan ambitieux face à la récession en Europe

* 2013 s‘annonce difficile

* La politique de dividende devrait être confirmée

* Un oeil sur les investissements et les cessions

par Benjamin Mallet

PARIS, 3 décembre (Reuters) - GDF Suez devrait dévoiler lors de sa journée investisseurs jeudi un nouveau programme de réduction de coûts plus ambitieux que les précédents, estiment des analystes interrogés par Reuters.

Tout l‘enjeu pour l’énergéticien français, qui devrait aussi présenter ses prévisions de résultats pour 2013, sera de convaincre le marché de sa capacité à compenser à travers ses économies l‘impact d‘une conjoncture européenne qui pénalise ses perspectives sur les marchés du gaz et de l’électricité.

GDF Suez, qui a déjà mis en oeuvre un “plan de performance” de 600 millions d‘euros cette année, a d‘ailleurs prévenu fin octobre que la crise économique laissait présager une année 2013 “difficile”. (voir )

“Nous estimons que GDF Suez a une base de coûts maîtrisables de 20 milliards d‘euros environ. Cela devrait lui permettre de porter ses économies de 600 millions à 1,2 milliard d‘euros par an en 2014-2015”, indique dans une note Per Lekander, analyste chez UBS.

A ce niveau, ajoute-t-il, le nouveau plan pourrait gonfler l‘Ebitda (résultat brut d‘exploitation) d‘environ 500 millions par an.

Emmanuel Turpin, analyste chez Morgan Stanley, estime lui aussi que le programme de réduction de coûts pourrait être “substantiel” en raison de la taille du groupe, de l’étendue de sa présence géographique et de la complexité de son organisation.

“Pour que le marché soit convaincu des bénéfices du plan, il aura besoin de détails sur les nouvelles mesures et d‘un impact chiffré sur les résultats nets”, ajoute-t-il cependant.

Pour 2013, certains analystes estiment que GDF Suez risque de ne pas pouvoir annoncer beaucoup mieux qu‘une stabilité de son Ebitda, une hypothèse renforcée par la révision en baisse des perspectives de l‘allemand E.ON pour l‘année prochaine.

Le résultat brut d‘exploitation de GDF Suez est actuellement attendu autour de 17,5 milliards d‘euros en 2013, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, contre un chiffre de 17 milliards visé par le groupe cette année.

QUESTIONS AUTOUR DE SUEZ

Certains attendent également de GDF Suez qu‘il réitère sa volonté de verser un dividende au moins stable ou en croissance d‘une année sur l‘autre jusqu‘en 2015, et qu‘il démontre sa capacité à le couvrir avec sa génération de trésorerie.

Le groupe devrait en outre faire un point sur ses prévisions d‘investissement et sur son programme de cessions.

Il a d‘ores et déjà prévenu que ses investissements devraient rester en 2013 et 2014 dans le bas de la fourchette de 9 à 11 milliards annuels qu‘il avait annoncée pour 2012-2015, un niveau qui devrait rester le même “tant que la conjoncture économique restera difficile”.

GDF Suez a aussi annoncé au printemps une accélération de son programme de ventes d‘actifs pour financer le rachat des minoritaires du britannique International Power.

Ce nouveau programme, de trois milliards d‘euros, s‘est ajouté à celui de 10 milliards déjà engagé pour la période 2011-2013.

Les analystes seront aussi à l‘affût de commentaires sur le nucléaire en Belgique et le possible rachat d‘actifs de gaz naturel liquéfié (GNL) que le groupe espagnol Repsol cherche à vendre pour réduire sa dette.

GDF Suez devrait par ailleurs rester discret sur les tarifs du gaz en France, quelques jours avant l‘annonce par le gouvernement de la prochaine hausse.

Un analyste basé à Londres estime en outre qu‘une sortie du groupe du capital de Suez Environnement, dont il est le premier actionnaire avec 36% du capital, pourrait doper son titre à moyen terme, l‘opération pouvant intervenir lors de la fin d‘un pacte d‘actionnaires prévue l’été prochain.

L‘opération “rationaliserait la concentration du groupe, atténuerait la perception que GDF Suez est un conglomérat et améliorerait sa génération de trésorerie libre”, juge-t-il.

GDF Suez a cependant réaffirmé fin octobre son soutien à la stratégie de Suez Environnement, après un projet avorté de rapprochement de cette dernière avec Veolia Environnement qui a alimenté les spéculations autour de son désengagement.

L‘action GDF Suez gagne 1,5% à 17,56 euros à 12h50 lundi, faisant ressortir une capitalisation boursière de 42,35 milliards d‘euros. Le titre qui a perdu 21,3% de sa valeur l‘an dernier, abandonne 17% jusqu‘ici cette année. (Edité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below