16 février 2012 / 06:34 / il y a 6 ans

LEAD 4-SocGen prudente pour 2012 après un T4 plombé par la BFI

* Résultat net en chute de 88% au T4, perte de E482 mlns en BFI

* La banque reste “prudente” pour 2012-PDG

* Objectif de retour du dividende en 2012 confirmé-PDG

* Pas d‘appel au marché pour Bâle III-PDG (Actualisé avec commentaire d‘analyste, précisions)

par Matthieu Protard et Lionel Laurent

PARIS, 16 février (Reuters) - Société générale , qui a fait état jeudi de pertes plus importantes qu‘attendu dans la banque de financement et d‘investissement (BFI), reste prudente dans ses prévisions pour 2012 et s‘attend à un environnement encore volatil en raison de la crise de la zone euro.

Contraintes comme d‘autres groupes bancaires européens à se recapitaliser et à réduire la taille de son bilan pour faire face à la crise, la banque a prévenu qu‘elle pourrait passer dans ses comptes de nouvelles charges de restructuration.

“Il faut être prudent parce que je crois que l‘environnement va rester volatil en 2012, mais le début de l‘année a été bon dans les activités de marchés”, a déclaré à Reuters Frédéric Oudéa, le PDG de la banque.

“Nous aurons en 2012 certainement encore des coûts de deleveraging (réduction de bilan, NDLR)”, a-t-il ajouté. “Nous allons continuer à céder des actifs en 2012.”

Si les résultats du quatrième trimestre sont inférieurs aux attentes, les analystes retiennent aussi que la Société générale s‘est efforcée de renforcer ses fonds propres, permettant à la banque d’être, comme BNP Paribas, en avance sur le programme de recapitalisation exigé par l‘Autorité bancaire européenne à échéance mi-2012.

A la Bourse de Paris, l‘action Société générale, qui avait ouvert en baisse, gagnait 1,05% à 22,59 euros vers 17h10, surperformant l‘indice sectoriel bancaire, en baisse de 0,22% au même moment.

Depuis le début d‘année, le titre a progressé de 31% après avoir plongé de 57% en 2011.

“En absolu, le niveau de capital est plus faible que celui de BNP Paribas”, notent les analystes de Nomura. “Mais l‘amélioration sur le capital est plus significative compte tenu de là d‘où vient la SocGen.”

“Cela éloigne la menace d‘une augmentation de capital”, souligne un analyste basé à Londres, rappelant que la SocGen a toujours été considérée comme sous-capitalisée par rapport à ses principaux concurrents.

E10 MDS DE CESSIONS

Sur le quatrième trimestre, la SocGen affiche un bénéfice net en chute de 88% à 100 millions. Ses comptes intègrent une nouvelle provision de 162 millions d‘euros sur la dette publique grecque au dernier trimestre 2011, portant son provisionnement à 75% contre 60% précédemment.

Mercredi, BNP Paribas a fait état de résultats supérieurs aux attentes au quatrième trimestre. Outre des propos rassurants des dirigeants sur 2012, les analystes ont souligné que la banque de financement et d‘investissement de la BNP avait mieux résisté à la crise que ses principaux concurrents.

Dans la BFI, en restructuration, la perte de la Société générale s’élève à 482 millions d‘euros alors que les analystes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne une perte limitée à 81 millions d‘euros.

Sur le trimestre, la SocGen a procédé à cinq milliards d‘euros de cessions dans son portefeuille d‘actifs toxiques et de 5,2 milliards de cessions dans ses portefeuilles.

Ces cessions ont eu un impact négatif de 244 millions d‘euros sur les revenus de la BFI, auquel s‘ajoute un impact négatif de 310 millions d‘euros lié à un ajustement de la valorisation de son portefeuille d‘actifs toxiques hérités de la crise de 2008.

“Il y a un certain nombre de processus (de cessions, NDLR) qui sont en cours”, a fait savoir Frédéric Oudéa, se refusant à donner plus de détails.

PAS D‘APPEL AU MARCHÉ POUR BÂLE III

La banque confirme dans le même temps qu‘elle atteindra d‘ici fin 2013 ses objectifs de fonds propres dans le cadre des nouvelles règles du comité de Bâle, dites Bâle III.

“On confirme qu‘on vise un ratio au-delà de 9% et sans augmentation de capital”, insiste Frédéric Oudéa. “On va y parvenir à la fois grâce aux cessions d‘actifs et aux cessions d‘activités et grâce à nos résultats.”

Le PDG de la SocGen confirme aussi son objectif de reprendre l‘an prochain sa politique de dividende après avoir dû y renoncer pour cette année afin de renforcer sa solvabilité.

Interrogé sur les opérations exceptionnelles de fourniture de liquidité à trois ans de la Banque centrale européenne (BCE), Frédéric Oudéa a fait savoir que la banque n‘avait pas encore pris de décision sur l‘opération de fin février.

“On a encore du temps pour prendre notre décision”, a-t-il déclaré, redisant que ces opérations n‘avaient pas vocation à être utilisées pour acheter de la dette souveraine des Etats.

La BCE doit procéder le 29 février à la deuxième “opération de refinancement à plus long terme” (LTRO) de son histoire, après celle de décembre, lors de laquelle elle avait alloué 489 milliards d‘euros aux établissements financiers de la zone euro.

Les analystes que ce deuxième LTRO pourrait permettre aux banques d‘emprunter quelque 500 milliards à trois ans au taux de 1%. (voir ) (édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below