5 novembre 2008 / 06:21 / il y a 9 ans

LEAD 4 BNP-Bénéfice net T3 -55,6%, provisions multipliées par 4

* Bénéfice net en chute de 55,6% au T3

* Impact de la crise estimé à 1,1 md d‘euros après impôt

* Coût du risque multiplié par quatre

* Ratio Tier One à 7,6%, bientôt à 8,75%

PARIS, 5 novembre (Reuters) - BNP Paribas (BNPP.PA) a annoncé mercredi une chute de 55,6% de son bénéfice net pour le troisième trimestre, en raison d‘une multiplication par quatre des provisions liées essentiellement à l‘aggravation de la crise financière en septembre.

A 901 millions d‘euros, ce résultat net est nettement en dessous des prévisions des analystes qui, d‘après le consensus établi par Reuters, attendaient en moyenne un résultat net de 1.270 millions d‘euros, en repli de 37%.

“Les résultats trimestriels montrent que la banque n‘est pas immunisée contre la crise”, écrivent mercredi les analystes du courtier KBW dans une note de recherche.

Natixis a de son côté abaissé sa recommandation sur le titre, d‘achat à accumuler avec un objectif de cours inchangé à 69 euros.

Vers 14h40, le titre BNP Paribas perdait 4,27% à 56,00 euros, alors que l‘indice sectoriel DJ Stoxx .SX7P des banques européennes se repliait de 1,51% au même moment.

La banque a estimé à 1,1 milliard d‘euros après impôts l‘impact de la crise sur ses comptes du trimestre, portant désormais sa facture de la crise à 3,7 milliards d‘euros.

“Le troisième trimestre a été un trimestre sans précédent pour l‘industrie bancaire”, a déclaré Baudouin Prot, le directeur général de BNP Paribas, lors d‘une conférence de presse de présentation des résultats trimestriels.

“La faillite de Lehman Brothers a eu un impact considérable. Toutes les grandes banques ont perdu de l‘argent”, a-t-il ajouté.

Le coût du risque de la banque, qui mesure le niveau des provisionnements, grimpe du coup à 1.992 millions d‘euros à fin septembre contre 662 millions en juin 2008 et 462 millions en septembre 2007.

Il intègre aussi, mais dans une moindre mesure, des provisions liées à la dégradation de l‘environnement économique avec 138 millions d‘euros dans les activités de finance personnelle, “principalement dans le crédit à la consommation en Espagne et dans les pays d‘Europe de l‘Est”, souligne BNP Paribas.

Interrogé sur l’évolution des provisions dans les prochains mois, Baudouin Prot a répondu que “la hausse du coût du risque sera marquée par une croissance graduelle”, sans donner d‘indications chiffrées.

RATIO TIER ONE STABLE À 7,6% À FIN SEPTEMBRE

BNP Paribas a par ailleurs indiqué que son ratio de solvabilité financière Tier One était resté stable à 7,6% à fin septembre.

Ce ratio devrait être porté à 8,75% une fois le rachat de Fortis FOR.BR finalisé, l‘abaissement du plancher réglementaire des actifs pondérés et la souscription par l‘Etat des 2,55 milliards d‘euros de dette super subordonnée que la banque émettra dans le cadre du plan de soutien aux banques.

“La banque souhaite émettre assez rapidement les 2,55 milliards d‘euros de titres hybrides prévus dans le cadre du plan de financement de l’économie”, a indiqué Baudouin Prot, prévenant que la banque ne souhaitait pas profiter de ce plan “pour augmenter ses fonds propres de façon prolongée”.

Réputée pour avoir une gestion des risques plus stricte qui lui a permis de participer à la recomposition du paysage bancaire mondial, BNP Paribas a racheté pour quatorze milliards d‘euros début octobre les activités de Fortis en Belgique et au Luxembourg.

“Le début du rapprochement opérationnel entre BNP Paribas et les activités de Fortis (...) s‘effectuera en décembre 2008”, a indiqué la banque.

DES “TRANSFERTS MASSIFS” DE CLIENTS

Dans la banque de financement et d‘investissement, activités les plus affectées par la crise financière, le résultat avant impôt chute de 95% à 38 millions d‘euros en raison de 1.032 millions d‘euros de provisions, mais BNP Paribas reste bénéficiaire.

Les revenus y restent en progression de 4,6% par rapport au troisième trimestre 2007.

Dans la banque de détail en France, le produit net bancaire ressort en progression de 1,5%. Le groupe fait état d‘une hausse de 10,5% des encours de crédit et de 9,2% des dépôts.

“Notre groupe bénéficie d‘un afflux de nouveaux clients”, s‘est félicité Baudouin Prot.

“Nous assistons à des transferts massifs de clients dans la banque de détail, la gestion d‘actifs et la banque d‘investissement”, a renchéri Georges Chodron de Courcel, directeur général délégué, ajoutant qu‘il s‘agissait pour la banque d‘un “vecteur fort de croissance organique”.

Comme sa grande concurrente française, Société générale (SOGN.PA) dont le résultat net a chuté de 83,7% au troisième trimestre, BNP Paribas a indiqué ne pas avoir utilisé à fin septembre les nouvelles dispositions d‘assouplissement des normes comptables, mais que ces dernières le seront au quatrième trimestre.

Matthieu Protard, édité par Jacques Poznanski

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below