10 janvier 2008 / 13:46 / dans 10 ans

LEAD 2 Airbus et Boeing au coude à coude pour les commandes 2007

par Tim Hepher et James Regan

DONAUWÖRTH (Allemagne), 10 janvier (Reuters) - Airbus devrait être au même niveau que Boeing (BA.N) en termes de commandes en 2007, année de tous les records pour les deux géants de l‘aéronautique qui rivalisent tous les ans sur ce terrain.

Louis Gallois, président exécutif d‘EADS EAD.PA, maison mère de l‘avionneur européen, a ainsi évoqué jeudi un “cru 2007 exceptionnel” pour sa filiale, tout en laissant entendre que l‘année qui vient de se terminer constituait certainement le pic d‘un cycle haussier de trois ans.

“Le niveau des commandes de 2008 n‘atteindra certainement pas celui de 2007. Le cas contraire serait une bonne surprise mais je ne pense pas qu‘elle aura lieu. Ne fût-ce que pour la simple raison que nous n‘avons plus de créneaux de production disponibles”, a-t-il déclaré lors d‘une cérémonie de voeux à la presse organisée à Donauwörth (Bavière).

“Nous nous attendions à voir arriver les compagnies aériennes américaines sur le marché des commandes de nouveaux avions. Nous verrons si cela sera encore le cas avec la hausse des prix du pétrole et, peut-être, une récession de l’économie américaine”, a ajouté Louis Gallois.

Vers 16h30, le titre EADS affichait l‘une des plus fortes hausses du CAC 40, avec une progression de 2,81% à 19,38 euros. Cependant, avant cette séance, le titre accusait un recul de 13,65% depuis le début de l‘année, les investisseurs redoutant justement un retournement de cycle dans l‘aéronautique.

“EADS est une des seules valeurs qui plaît au marché aujourd‘hui. Elle n‘a pas été très en forme ces derniers jours mais il est vrai que la direction doit montrer plus de rapidité dans la résolution des problèmes”, a estimé Heino Hammann, analyste chez NordLB.

LE PROBLEME DU DOLLAR

Le repli du titre EADS en ce début d‘année s‘explique également par les craintes de conséquences négatives du nouvel accès de faiblesse du dollar par rapport à l‘euro et par le spectre de difficultés supplémentaires du programme A400M.

Louis Gallois a réaffirmé pour la deuxième fois de la semaine que le premier vol du futur avion de transport militaire européen aurait bien lieu cet été, conformément au calendrier modifié, intégrant un retard de six à 12 mois, annoncé en octobre dernier.

S‘agissant du billet vert, dont la baisse par rapport à la monnaie unique pénalise fortement Airbus, le président d‘EADS a annoncé que le conseil d‘Airbus étudiait des mesures permettant de faire face à un niveau de l‘euro se situant entre 1,45 et 1,50 dollar. Jeudi en fin d‘après-midi, il se traitait à 1,4731.

Le plan d’économies “Power 8”, qui prévoit la suppression de 10.000 emplois en quatre ans chez l‘avionneur et ses sous-traitants ainsi que la cession de six sites, a en grande partie été établi pour tenter de contrecarrer les effets d‘une évolution des changes défavorable. Mais il a été établi sur la base de 1,35 dollar pour un euro.

Louis Gallois a déclaré qu‘un des sujets de discussions avec les repreneurs des sites d‘Airbus, dont il espère finaliser la cession cet été, était la possibilité pour l‘avionneur européen d‘acheter leur production en dollar.

Et il a ajouté qu‘EADS incitait fortement ses fournisseurs à déplacer leurs activités dans des zones dollar.

La faiblesse de la monnaie américaine offre toutefois une consolation : celle de pouvoir acheter plus facilement des actifs aux Etats-Unis, où EADS cherche des acquisitions de taille moyenne. “C‘est le bon moment d‘acheter aux Etats-Unis”, a souligné Louis Gallois.

UN MARCHE D‘ENVIRON 2.800 AVIONS

Boeing a fait état il y a une semaine de 1.413 commandes l‘année dernière. Sans donner de chiffre précis, Louis Gallois, président exécutif d‘EADS, maison mère d‘Airbus, a assuré jeudi que l‘avionneur européen serait au même niveau que son rival.

“Tom Enders (le président d‘Airbus) vous présentera les données précises la semaine prochaine mais, dans tous les cas, nous réaliserons en 2007 la meilleure performance de notre histoire”, a-t-il déclaré. Airbus organise une conférence de presse mercedi 16 janvier à Toulouse.

Selon les estimations fournies par Louis Gallois, les commandes accumulées par Airbus en 2007 représentent, sur la base des prix catalogue, 125 milliards d‘euros.

Le président d‘EADS a souligné que le total des commandes de 2007 ne comprenait pas les 150 avions couverts par un “accord général” de vente conclu avec la Chine fin novembre, à l‘occasion d‘une visite de Nicolas Sarkozy à Pékin.

Avec un total net (déduction faite des annulations et conversions) de 1.413 avions commandés, Boeing a battu son précédent record de 1.044 avions établi en 2006 ainsi que le record du secteur de 1.055, atteint par Airbus en 2005.

A fin novembre 2007, l‘avionneur européen revendiquait 1.204 commandes brutes (avant annulations et conversions).

Donc, avec environ 2.800 commandes partagées entre eux l‘an dernier, Boeing et Airbus écrasent le record précédent de 2.057 commandes nettes de 2005. /TEH/BVO

(Avec la contribution de Matthias Blamont)

Version française Benoit Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below