7 février 2008 / 15:06 / dans 10 ans

LEAD 1 Unibail-Rodamco/Petite déception après les résultats 2007

par Juliette Rouillon

PARIS, 7 février (Reuters) - Unibail-Rodamco UNBP.PA est victime de quelques prises de bénéfices jeudi après la publication d‘un bénéfice net récurrent 2007 en hausse de 15,4%.

Un actif net réévalué légèrement inférieur aux attentes et, surtout, la décision du groupe de ne pas distribuer de dividende exceptionnel ont cependant déçu certains investisseurs.

Le bénéfice net récurrent 2007 du groupe est tout juste en ligne avec les attentes du marché, à 7,86 euros par action au lieu de 7,85 euros attendus, tandis que son actif net réévalué de liquidation au 31 décembre s‘est établi à 169,3 euros par action alors que les analystes attendaient environ 173,24 euros.

Le nouveau groupe a également annoncé une prévision de bénéfice récurrent en hausse “d‘au moins 7%”, un rythme en retrait par rapport à son objectif sur cinq ans de croissance “de plus de 10% par an” de ce résultat.

Le président du directoire Guillaume Poitrinal a cependant précisé que ce taux de croissance se rapportait à un résultat 2007 qui comprenait 30 centimes d’éléments positifs exceptionnels.

De plus, le géant foncier européen a annoncé qu‘il ne distribuerait pas de dividende exceptionnel, tout en relevant le dividende net au titre de 2007 de plus de 40%, à 7,00 euros.

Le titre, qui évolue en dents de scie depuis quelque temps, cède 2,98% à 156,10 euros vers 15h12, alors que le CAC 40 recule de 1,91% à ce stade. L‘action du groupe franco-néerlandais avait repris 8,35% depuis le début de l‘année après une perte de 17,8% en 2007 dans un climat de défiance vis-à-vis de l‘immobilier.

“Certains investisseurs pariaient à court terme sur un meilleur actif net et attendaient un dividende exceptionnel après les cessions d‘actifs aux Pays-Bas”, commente Samuel Henry-Diesbach, analyste chez Landsbanki Kepler.

Le groupe vient de céder pour 775 millions d‘euros de petits actifs de commerces aux Pays-Bas, appartenant à Rodamco, pour rester centré sur les grands centres commerciaux plus rentables.

Mais dans le contexte de crise du crédit, le groupe à choisi de conserver sa forte capacité de financement, d‘autant qu‘il dispose d‘un “pipeline” de projets sur 1,4 million de m2 et vient de racheter Shopping City Sud à Vienne, plus grand centre commercial en Autriche, pour un montant estimée à 800 millions.

“Il nous faudra un peu de ressources financières pour faire tout ça. Donc pour l‘instant, pas de dividende exceptionnel”, a déclaré à Reuters Guillaume Poitrinal, président du directoire.

UNE DES FONCIERES LES MOINS ENDETTEES

“Cela nous donne une flexibilité financière importante qui dans l‘univers actuel ne peut être vue que comme un atout”, a-t-il dit, se félicitant du ratio loan-to-value à 28% seulement.

“On est probablement l‘une des sociétés foncières les moins endettées du monde. C‘est une situation extrêmement confortable tant que les marchés financiers sont un peu troublés.”

Certains analystes auraient également voulu davantage de précisions sur la stratégie du groupe en vue d‘améliorer les performances de Rodamco dans le cadre du plan à 5 ans annoncé au moment de la fusion des entités française et néerlandaise.

“Il y avait des attentes démesurées sur le plan de stratégie à cinq ans et sur un retour de capital, alors qu‘Unibail a toujours été très conservateur concernant ses objectifs de résultats et n‘avait jamais promis de dividende exceptionnel”, commente Philippe Le Trung, analyste chez Citi.

En termes de stratégie, Guillaume Poitrinal s‘est contenté de dire qu‘il n‘excluait pas de nouvelles cessions d‘actifs Rodamco, y compris en France.

ENCORE DES CESSIONS D‘ACTIFS RODAMCO

“Nous continuerons à travailler probablement un petit peu le portefeuille hollandais où quelques cessions supplémentaires sont possibles”, a-t-il déclaré lors d‘un entretien à Reuters.

Il estime que la crise financière mondiale devrait avoir un impact limité sur l‘activité et la valeur des actifs du groupe.

“Je ne dis pas que la conjoncture n‘aura aucun effet sur notre activité, mais simplement qu‘on a la chance d’être sur des secteurs qui sont très solides, avec des flux prévisibles, et sur des positions de marché qui sont, semble-t-il, extrêmement fortes.”

“Et même si on voyait les choses autrement, notamment pour les valeurs de bureaux, si la crise financière devait s‘amplifier et se prolonger, Unibail-Rodamco serait idéalement placée, relativement à la compétition, pour en tirer avantage à travers des acquisitions à bon marché”, a affirmé Guillaume Poitrinal. “Maintenant, je le répète ce n‘est pas mon scénario de base.”

Unibail a racheté le néerlandais Rodamco l‘an dernier, créant le numéro des centres commerciaux en Europe, avec un patrimoine de 25,2 milliards d‘euros, dont 73% de centres commerciaux. Ses résultats consolident Rodamco au 30 juin.

A périmètre constant, les loyers du groupe ont progressé de 7,8% à 1,07 milliard d‘euros l‘an dernier. /JIR

Juliette Rouillon

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below