for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

L'ancien chef des services de renseignement libyens capturé

TRIPOLI (Reuters) - Abdallah al Senoussi, autrefois chef redouté des services de renseignement de Mouammar Kadhafi, a été capturé dimanche dans une propriété située dans le désert libyen au lendemain de l’arrestation non loin de là de Saïf al Islam, fils de l’ancien “guide” libyen.

Cette double capture des deux derniers représentants toujours en fuite de l’ancien régime constitue un succès pour le pouvoir intérimaire libyen, qui peine par ailleurs à s’entendre sur la formation d’un gouvernement.

Elle illustre aussi ses difficultés à imposer son autorité aux différents mouvements armés du pays puisque les combattants de Zentane ayant capturé Saïf al Islam dans le Sahara n’entendent pas dans l’immédiat le transférer à Tripoli.

Le Conseil national de transition (CNT) risque en outre de se heurter à la Cour pénale internationale (CPI), qui compte juger elle-même ces deux hommes pour crimes contre l’humanité.

Signe des difficultés rencontrées par le Premier ministre désigné pour concilier les exigences des différentes mouvances contrôlant la situation sur le terrain, Abdel Rahim al Kib a sollicité et obtenu un délai supplémentaire de deux jours pour dévoiler la composition de son gouvernement, qu’il espérait annoncer ce dimanche.

Un commandant des anciens insurgés, le général Ahmed al Hamdouni, a déclaré à Reuters que, sur la foi d’un renseignement, ses hommes avaient repéré et encerclé Senoussi dans une maison appartenant à sa soeur près de Birak, ville située à environ 500 km au sud de Tripoli, près de Sebha.

Abdoul Hafez Ghoga, porte-parole du CNT, a par la suite confirmé la capture de Senoussi, oncle par alliance de Saïf al Islam. On ignore si les deux captures sont liées mais les deux hommes étaient soupçonnées de se cacher ensemble depuis la chute de Tripoli aux mains des anciens insurgés fin août.

Senoussi est marié à une soeur de la deuxième épouse de Mouammar Kadhafi, Safiya.

Comme Mouammar Kadhafi, mort après sa capture par les insurgés en octobre, Saïf al Islam et Abdallah al Senoussi ont été inculpés par la CPI pour leur responsabilité présumée dans la répression meurtrière du soulèvement commencé en février.

SAÏF AL ISLAM DANS UN LIEU SECRET

Selon Abdoul Hafez Ghoga, des membres du CNT réunis dimanche ont confirmé leur souhait de juger eux-mêmes ces deux hommes. Il leur faudra convaincre la CPI, inquiète en raison de l’absence de système judiciaire fiable après 42 années de dictature et du fort ressentiment des vainqueurs à l’égard de l’ancien régime.

Soutenue par une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, la CPI peut exiger le transfert des prisonniers à La Haye.

Le procureur de la CPI Luis Moreno-Ocampo a annoncé qu’il allait se rendre en Libye.

Le CNT souhaite toutefois juger les représentants de l’ancien régime pour des crimes supposés commis durant les 42 années de dictature et pas seulement pour ceux des derniers mois, qui leur valent leur inculpation par la CPI.

Le ministre libyen de la Justice, Mohammed al Alagy, a en outre prévenu qu’ils encouraient la peine de mort, ce qui est contraire aux principes de la CPI.

Entre autres exactions imputées à Senoussi, l’ancien chef du renseignement est accusé du massacre de plus de 1.200 détenus à la prison d’Abou Salim à Tripoli en 1996.

Son cas intéresse aussi la communauté internationale. Il a été condamné par contumace en France pour l’attentat contre un DC-10 d’UTA en 1989 et son nom est aussi apparu dans le dossier de l’attentat de Lockerbie en 1988.

Saif al Islam Kadhafi a passé la journée de dimanche dans un lieu tenu secret à Zentane, ville de 50.000 habitants dans les montagnes du djebel Nefoussa. Les hommes qui l’ont capturé ont annoncé qu’il ne le remettraient aux autorités nationales que lorsque celles-ci seront clairement désignées.

Dans une vidéo postée sur YouTube, on peut voir Saïf al Islam discuter de manière apparemment détendue avec d’autres personnes dans une pièce à Zentane.

Eric Faye et Bertrand Boucey pour le service français

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up