October 21, 2009 / 3:40 PM / 9 years ago

PORTRAIT Veolia - Antoine Frérot, un fidèle au parcours solide

* Un inconnu du grand public mais un parcours solide

* Les observateurs soulignent sa fidélité vis-à-vis de Proglio et parlent de “rupture dans la continuité”

* Le programme de cessions et d’économies comme premier défi

par Benjamin Mallet

PARIS, 21 octobre (Reuters) - Inconnu du grand public, Antoine Frérot a été désigné pour reprendre la direction opérationnelle de Veolia (VIE.PA) à la faveur d’un solide parcours au sein de la société et d’une fidélité sans faille envers l’actuel P-DG du numéro un mondial des services à l’environnement, Henri Proglio, appelé à prendre la tête d’EDF (EDF.PA). Polytechnicien et ingénieur des ponts et chaussées, Antoine Frérot a rejoint en 1990 la Compagnie générale des eaux, le socle historique de l’actuel Veolia, d’abord comme chargé de mission, puis comme directeur général de CGEA (Compagnie générale d’entreprises automobiles, en charge du transport et de la propreté), en 1995.

En 2000, il a été nommé directeur général de la branche transport de Veolia - alors Vivendi Environnement - et membre du directoire du groupe avant de devenir, début 2003, directeur général de la branche eau et membre du comité exécutif.

“Si il a été choisi parmi les quatre directeurs de divisions de Veolia, qui sont tous X-Ponts, c’est sans doute parce que c’est le plus fidèle”, selon un membre du conseil d’administration de Veolia.

La solide connaissance des collectivités locales et le bilan d’Antoine Frérot à la tête de la filiale transport, qu’il a contribué à développer à l’international et dans le ferroviaire, ont également joué en sa faveur, de même que la stratégie qu’il a mise en place en faveur de la recherche, notamment en faveur du déssalement d’eau de mer et de la réutilisation des eaux usées, soulignent les observateurs.

“La nomination d’Antoine Frérot sera sans doute bien accueillie par les marchés : c’est un industriel, il a un bilan plutôt positif chez Veolia, il n’est pas vu comme un ‘acheteur fou’ et il connaît très bien les collectivités locales”, estimait il y a peu un analyste de l’équipe “utilities” d’Exane BNP Paris, précisant toutefois que cette éventuelle nomination était sans doute déjà prise en compte par le marché.

Les analystes de CM-CIC Securities écrivaient de leur côté dans une note récente que la nomination d’Antoine Frérot à la direction opérationnelle de Veolia permettrait à Henri Proglio de prendre du recul tout en s’assurant de la poursuite de la stratégie qu’il a mise en place.

“TETE DE PIOCHE”

“Le souci premier de Henri Proglio (...) est que son action ne soit pas remise en question et que par conséquent un futur responsable ne ‘détricote’ pas ce qui aura été bâti au cours des dernières années.”

Dans le cadre de ses nouvelles fonctions de directeur général, Antoine Frérot devra avant tout mettre en oeuvre le plan “Veolia 2010”, qui vise à réduire les coûts de 180 millions d’euros en 2009 - auxquelles s’ajouteront 100 millions dans la Propreté - et de 220 millions additionnels en 2010 ainsi qu’à diminuer les investissements nets d’au moins 1,6 milliard, pour les contenir à deux milliards en 2009, notamment grâce à des cessions.

Veolia entend ainsi céder près de trois milliards d’euros d’actifs sur la période 2009-2011, avec au moins un milliard d’euros de cessions sur le seul exercice 2009.

Autre chantier de taille, Antoine Frérot devra finaliser le rapprochement entre Transdev et Veolia Transports, destiné à créer l’un des premiers acteurs mondiaux du transport de voyageurs avant une introduction en Bourse de la nouvelle entité, potentiellement fin 2010 selon les dernières indications données par Veolia.

Enfin, il sera peut-être chargé de faciliter une montée d’EDF au capital de Veolia. Une source proche du conseil de ce dernier a en effet indiqué à Reuters fin septembre que l’électricien public français pourrait monter jusqu’à 15% du capital de Veolia, contre 3,9% actuellement, en lui cédant sa participation de 34% dans Dalkia, leur filiale commune de services énergétiques, en échange de titres Veolia. Pour plus de détails, cliquez sur [ID:nLU241436].

“Frérot est tout à fait dans la lignée d’Henri (Proglio). On a l’impression qu’il y a une rupture dans la continuité. Il va falloir qu’il se fasse connaître des banquiers et des financiers car il était évidemment moins connu qu’Henri. Mais il a la stature”, juge le membre du conseil de Veolia.

“C’est un type adorable mais qui sait ce qu’il veut. Il peut être tête de pioche quelques fois, mais c’est plutôt une qualité chez nous”, ajoute-t-il.

Antoine Frérot a 51 ans. Il est marié et père de trois enfants.

* Pour lire la dépêche sur les évolutions au sein de la direction de Veolia, cliquez sur [ID:nLL164008]

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below