March 5, 2009 / 9:12 AM / 10 years ago

ENCADRE En quoi consiste l'assouplissement quantitatif

5 mars (Reuters) - Les grandes banques centrales envisagent ou se tournent déjà vers des mesures de politique monétaire non conventionnelles comme l’assouplissement quantitatif pour continuer à alimenter les marchés du crédit alors que les baisses de taux d’intérêt en cascade de ces derniers mois ont fait tomber le loyer de l’argent à des niveaux proches du zéro.

EN QUOI CONSISTE L’ASSOUPLISSEMENT QUANTITATIF :

L’assouplissement quantitatif, notamment employé par le Japon entre 2001 et 2006, fait référence aux outils de politique monétaire utilisés pour doper l’activité économique lorsque les mesures traditionnelles comme les objectifs de taux d’intérêt ont été épuisées.

Les banques centrales abreuvent le système bancaire en liquidités, plus que nécessaire, afin de maintenir les taux d’intérêt officiels à des niveaux très bas ou à zéro, ce qui permet normalement de consolider le système financier et de favoriser le crédit.

Pour cela, les instituts d’émission achètent généralement de grandes quantités d’actifs auprès des banques.

LA POSITION DES GRANDES BANQUES CENTRALES :

La question de l’assouplissement quantitatif est à l’ordre du jour avec les réunions de politique monétaire de la Banque centrale européenne et de la Banque d’Angleterre ce jeudi.

* LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

Les gouverneurs de la BCE ont dit qu’ils examinaient toutes les options pour élargir leur panoplie monétaire.

Les économistes interrogés par Reuters estiment que la probabilité d’un assouplissement quantitatif de la part de la BCE dans les prochains mois n’est que de 40%.

Le taux directeur de la BCE est actuellement le plus élevé parmi les grandes banques centrales. Le taux de refinancement est de 2% et pourait être ramené dans la journée à 1,5%.

* LA BANQUE D’ANGLETERRE

La BoE a demandé au gouvernement britannique l’autorisation de prendre formellement des mesures d’assouplissement quantitatif, qui passeraient par des achats d’emprunts d’Etat ou d’obligations d’entreprises.

Le ministre des Finances Alistair Darling devrait donner le feu vert ce jeudi à la BoE pour un volume de 40 à 150 milliards de sterling (45 à 168,5 milliards d’euros).

La BoE achète déjà du papier commercial via sa facilité APF (Asset Purchase Facility), qui ne constitue cependant pas une mesure d’assouplissement quantitatif car elle est financée par l’émission d’obligations du Trésor britannique.

* LA RÉSERVE FÉDÉRALE DES ETATS-UNIS

Les économistes s’accordent à estimer que les différents programmes annoncés par la Fed pour augmenter les liquidités sur le marché du crédit, qui l’ont conduite à alourdir son bilan à plus de 2.000 milliards de dollars, peuvent être considérés comme une forme d’assouplissement quantitatif.

Le 3 mars, la Fed a détaillé son plan TALF (Term Asset-backed Securities Loan Facility) d’aide au crédit à la consommation et aux entreprises. Ce programme permettra d’accorder 200 milliards de dollars de financement à des investisseurs privés pour que ceux-ci achètent des obligations gagées sur des créances telles que des prêts à la consommation, des prêts étudiants, des prêts automobiles ou encore des avances sur cartes de crédit.

Le programme pourrait être augmenté jusqu’à 1.000 milliards de dollars et prendre en compte certains prêts immobiliers et des encours bancaires.

La Fed a par ailleurs mis en place un véhicule financier pour acheter jusqu’au 30 octobre des billets de trésorerie à trois mois en dollar afin de faciliter le crédit aux entreprises.

En janvier, afin d’assainir le marché du crédit immobilier, la Fed a lancé un programme pour racheter 100 milliards de dollars de dette émise par les organismes de refinancement de crédit hypothécaire Fannie Mae, Freddie Mac ou par les Federal Home Loan banks, des établissements spécialisés dans le crédit hypothécaire. Ce programme prévoit aussi le rachat de 500 milliards de dollars de produits titrisés (MBS) émis par Fannie Mae, Freddie Mac et Ginnie Mae.

L’objectif des fed funds s’inscrit depuis la mi-décembre dans une fourchette de 0,00% à 0,25%.

* BANQUE DU JAPON

La BoJ n’a pas exclu un retour de l’assouplissement quantitatif, tout en estimant qu’il était improbable ou du moins pas nécessaire à ce stade.

Pour autant, la BoJ va racheter pour 1.000 milliards de yens (huit milliards d’euros) d’obligations d’entreprises qui arrive à échéance dans les 12 mois.

La BoJ rachète aussi 1.000 milliards de yens d’actifs détenus par des banques japonaises. La banque centrale a l’intention de revendre ces actifs entre avril 2012 et septembre 2017.

L’objectif au jour le jour de la BoJ est tombé à 0,1%.

* LA BANQUE DU CANADA a indiqué le 3 mars qu’elle prendrait si nécessaire des mesures d’assouplissement quantitatif. Elle a ramené son taux d’intervention à 0,5%.

* LA BANQUE NATIONALE SUISSE a dit étudier des mesures monétaires non conventionnelles, intervention sur les changes et assouplissement quantitatif, pour améliorer les conditions économiques.

La fourchette du Libor n’est plus que de 0,0% à 1,0%.

David Cutler, Jijo Jacob, version française Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below