April 2, 2019 / 1:30 PM / 8 months ago

La commande chinoise d'Airbus gonflée par des contrats existants

PARIS (Reuters) - La commande par la Chine de 300 avions Airbus, annoncée lors de la récente visite d’Etat de Xi Jinping en France, a été gonflée par la répétition de contrats existants et la prise en compte d’accords seulement validés préalablement par les autorités chinoises sans être finalisés, ont dit à Reuters deux sources proches du dossier.

La commande par la Chine de 300 avions à Airbus, annoncée lors de la récente visite d'Etat de Xi Jinping en France, a été gonflée par la répétition de contrats existants et la prise en compte d'accords seulement validés préalablement par les autorités chinoises sans être finalisés, ont dit à Reuters deux sources proches du dossier. /Photo prise le 14 février 2019/REUTERS/Peter Powell

Comme pour une commande de 300 appareils à Boeing annoncée pendant une visite à Pékin du président américain Donald Trump en 2017, le total de cet “accord cadre” avec Airbus a été établi en partie en raison de considérations politiques, ont dit ces sources.

Cette commande globale à Airbus est censée représenter environ 35 milliards de dollars (31,24 milliards d’euros) aux prix catalogue mais le montant des contrats réellement nouveaux est plus faible, ont-elles ajouté.

Parmi les commandes qui ne sont en fait qu’une répétition de contrats déjà annoncés figure la vente de 10 A350 à un acquéreur non identifié, qui correspond à l’achat de 10 appareils par la compagnie Sichuan Airlines annoncé lors du salon aéronautique de Farnborough, en Angleterre, l’an dernier.

Airbus a refusé de s’exprimer en détail sur cette commande de 300 avions, sans exclure qu’elle comporte des failles.

Cet accord “crée le cadre de validation des commandes d’appareils par des compagnies chinoises, qu’il s’agisse de commandes existantes ou à venir”, a répondu un porte-parole à Reuters.

Même moins importante qu’annoncé, cette commande marque le retour des pouvoirs publics chinois sur le marché aéronautique après une pause de plus d’un an correspondant aux tensions commerciales avec les Etats-Unis.

Le chiffre de 300 appareils a été introduit tardivement durant la visite de Xi Jinping, bien que les commandes d’avions prennent généralement des mois de négociations, a dit une des sources.

“TENDANCE SIMILAIRE”

En Bourse, l’action Airbus cédait 0,5% mardi après-midi. Le titre avait pris près de 2% après la méga-commande chinoise, signée à Paris le 25 mars en présence des présidents Xi Jinping et Emmanuel Macron.

Selon des sources du secteur, les grands constructeurs d’avions appliquent des règles similaires lors des contrats avec la Chine, pays où ils sont confrontés à un système de négociations à deux niveaux avec les compagnies aériennes dans le cadre d’accords globaux garantis par l’Etat et qui peuvent être soumis à des considérations géopolitiques.

Toutefois, la taille des commandes enregistrées au cours de visites diplomatiques très médiatisées, qui ont été pendant plusieurs années d’environ 150 appareils tant pour Airbus que pour Boeing, a augmenté au gré des hauts et des bas des relations commerciales sino-américaines.

En novembre 2017, quelques mois avant la guerre commerciale entre les deux pays, la Chine a annoncé une commande de 300 Boeing lors d’une visite de Donald Trump à Pékin. Des analystes avaient alors exprimé des doutes sur le caractère vraiment nouveau de ces contrats et déclaré qu’ils concernaient en partie un soutien renouvelé du gouvernement chinois à des accords déjà inscrits dans les comptes de Boeing.

“Les derniers accords avec Airbus et Boeing ont suivi une tendance similaire”, a déclaré un spécialiste du secteur aéronautique chinois.

Boeing est désormais considéré comme le prochain sur la liste pour signer une commande de 200 à 300 avions dans le cadre d’une possible trêve commerciale en cours de négociation. Mais la catastrophe aérienne survenue le mois dernier en Ethiopie impliquant un 737 MAX, dont tous les exemplaires sont désormais cloués au sol, jette une ombre sur le calendrier de l’opération.

Boeing et Airbus se livrent une compétition acharnée pour répondre aux besoins croissants du marché aéronautique tout en se préparant à la future concurrence de l’industrie aérospatiale chinoise.

Selon des analystes, Pékin tend avec le temps à équilibrer ses commandes entre Américains et Européens, même si ces dernières années ont été marquées par l’apparition d’un nombre croissant de sociétés chinoises de crédit-bail indépendantes et par une augmentation des décisions prises de manière autonome par plusieurs compagnies aériennes.

Avec Marine Pennetier, Bertrand Boucey et Dominique Rodriguez pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below