for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

L'UE débloque 37 milliards d'euros pour amortir le choc du coronavirus

L'Union européenne va mettre en place un fond de 37 milliards d'euros dans le cadre des mesures visant à limiter l'impact de la pandémie de coronavirus sur les économies des pays membres, a déclaré vendredi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen (photo). /Photo prise le 13 mars 2020/REUTERS/Johanna Geron

BRUXELLES (Reuters) - L’Union européenne va mettre en place un fonds de 37 milliards d’euros dans le cadre des mesures visant à limiter l’impact de la pandémie de coronavirus sur les économies des pays membres, a déclaré vendredi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Elle a ajouté que les autorités de l’UE feraient preuve de souplesse en matière d’application des règles communautaires sur les déficits budgétaires et les aides d’Etat, ce qui donnera à l’Italie - le pays européen le plus touché par l’épidémie - une flexibilité totale sur ses dépenses.

L’UE va utiliser un milliard d’euros de fonds européens pour garantir jusqu’à huit milliards d’euros de prêts destinés à 100.000 entreprises européennes du tourisme, de la distribution, des transports et d’autres secteurs en difficulté, a-t-elle annoncé.

“Je suis convaincue que l’Union européenne peut encaisser ce choc”, a dit Ursula von der Leyen lors d’une conférence de presse. “Mais chaque Etat membre doit assumer pleinement ses responsabilités et l’Union européenne dans son ensemble doit être déterminée, coordonnée et unie.”

Ursula von der Leyen n’a pas précisé l’origine des fonds promis. La Commission européenne avait annoncé mardi la création d’un fonds doté de 25 milliards d’euros à partir de ressources existantes.

Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission, chargé des questions économiques, a déclaré que la marge de manoeuvre offerte aux États en matière de dépenses ne signifiait pas une suspension des règles budgétaires de l’UE mais permettait toutefois des dépenses beaucoup plus importantes et la suspension éventuelle d’engagements budgétaires pris par les gouvernements.

Philip Blenkinsop, Kate Abnett et Francesco Guarascio, version française Marc Angrand et Laetitia Volga, édité par Blandine Hénault

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up