for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

Nucléaire: La Cour des comptes appelle à la prudence avant de nouveaux EPR

PARIS, 9 juillet (Reuters) - La construction du réacteur nucléaire EPR de Flamanville (Manche) est un “échec opérationnel” avec des “dérives de coûts et de délais considérables”, estime jeudi la Cour des comptes, qui ajoute que la construction du nouveaux EPR en France ne peut être envisagée sans réponses claires sur les modes de financement.

“Malgré un choix technologique désormais éprouvé en Chine et l’amélioration apportée au pilotage de ces grands chantiers, les gains financiers et techniques attendus du projet EPR 2 doivent être confirmés”, écrit la Cour des comptes dans un rapport sur la filière EPR.

“La construction de nouveaux EPR en France ne saurait en tout état de cause être envisagée sans réponses préalables claires sur les modes de financement et la place de la production électronucléaire dans le mix électrique de demain”, ajoute dans son rapport la juridiction financière de l’ordre administratif français.

Le coût de construction de trois paires d’EPR 2 est estimé à 46 milliards d’euros, ajoute la Cour des comptes qui note qu’”EDF ne peut plus financer seule la construction de nouveaux réacteurs”.

Selon les dernières estimations en date fournies par EDF , à l’occasion d’une énième révision du budget et du calendrier survenue en octobre 2019, l’EPR de Flamanville devrait coûter 12,4 milliards d’euros et le chargement de son combustible est programmé pour fin 2022.

En construction depuis 2007, le réacteur de nouvelle génération devait initialement entrer en production en 2012 pour une facture estimée autour de 3,5 milliards d’euros, mais il a accumulé de multiples retards et dérapages budgétaires. (Benjamin Mallet, édité par Henri-Pierre André)

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up