for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

Coronavirus: La France n'exclut pas des "formats plus réduits" pour émettre de la dette en commun

PARIS, 8 avril (Reuters) - Après l’échec de la réunion des ministres des Finances de la zone euro, la France n’exclut pas la possibilité d’émissions communes de dette en “formats plus réduits” que dans le cadre de l’ensemble de la zone euro même si elle privilégie ce cadre, a déclaré mercredi l’Elysée

“Pour être très clair: ce n’est pas notre souhait. C’est mieux de faire ça collectivement en format zone euro. Mais la question se pose pour l’avenir de savoir s’il ne peut pas y avoir un certain nombre de choses qu’on fait en matière de solidarité, voire d’émissions, dans des formats plus réduits”, a-t-on ajouté. “La question est ouverte.”

Dans une interview here accordée cette semaine au Figaro, Pascal Lamy, ancien directeur de cabinet de Jacques Delors à la Commission européenne et ex-directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), a émis l'idée de lancer des "corona bonds" sans les pays récalcitrants sur cette proposition d'obligations communes qui permettraient de financer une relance de l'activité économique par de la dette européenne.

“On voit bien qu’il va nous falloir un énorme bazooka financier, d’où l’idée d’un emprunt européen permettant d’égaliser entre nous le prix de la dette”, expliquait-il.

“Si l’Allemagne ne veut pas de coronabonds, eh bien faisons sans l’Allemagne! Lançons une émission avec la masse critique d’une douzaine de pays du Nord et du Sud. Je crois qu’il sera difficile à nos amis allemands de ne pas suivre”, ajoutait-il. (Michel Rose et Henri-Pierre André, édité par Jean-Stéphane Brosse)

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up