December 19, 2019 / 7:13 PM / 7 months ago

France-Philippe défend l'âge pivot, croit en un accord

PARIS, 19 décembre (Reuters) - Le Premier ministre Edouard Philippe a de nouveau défendu jeudi, à l’issue d’une rencontre avec les partenaires sociaux, l’instauration d’un “âge d’équilibre” à 64 ans, casus belli pour la CFDT, tout en disant croire à un accord avec les organisations favorables à un système de retraite par points.

“Les discussions de ces derniers jours ont permis des avancées concrètes”, notamment sur la question de la prise en compte de la pénibilité, a estimé le chef du gouvernement lors d’une déclaration à la presse à Matignon.

Concernant l’équilibre financier du système de retraites, “priorité du gouvernement”, il est impératif qu’au moment où les parlementaires voteront la loi, et je l’espère avant l’été, nous ayons fixé un cadre lisible”, a-t-il prévenu. “Ni le président de la République, ni moi ni aucun membre du gouvernement ne voulons annoncer les bonnes nouvelles en renvoyant à plus tard les additions”.

“La préoccupation d’équilibre financier est largement partagée par de nombreux partenaires sociaux même si les approches peuvent être différentes, j’ai écouté et entendu les critiques”, a-t-il poursuivi. “Dès les premiers jours de janvier, nous consulterons les partenaires sociaux et je proposerai mi-janvier une méthode qui nous permettra soit d’atteindre un accord qui pourrait “se substituer à la solution proposée, soit d’améliorer celle-ci en tenant compte des propositions des syndicats”.

Décriée par les syndicats réformateurs, au premier rang desquels la CDFT, l’instauration d’un “âge pivot” à 64 ans, assorti d’un système de bonus malus, est un “choix juste”, a défendu Edouard Philippe, mais “ça ne veut pas dire qu’il n’y aurait que l’âge d’équilibre. Il y a des marges de manoeuvre, elles ne sont pas immenses mais elles existent”.

“Il me semble que nous pouvons tomber d’accord avec les organisations qui soutiennent la mise en place du système universel (...) mais qu’il reste des désaccords réels sur la méthode et la façon d’y parvenir”.

A la veille du début des vacances scolaires, le chef du gouvernement a également appelé les syndicats, dont la mobilisation contre le projet de réforme provoque depuis deux semaines de fortes perturbations dans les transports, à la responsabilité pour permettre “aux Français de rejoindre leur famille” pour les fêtes de fin d’année.

“Le gouvernement ne reviendra pas sur la suppression des régimes spéciaux mais j’ai fait part de ma volonté d’effectuer cette suppression sans brutalité et nous allons y arriver”, a indiqué Edouard Philippe. (Caroline Pailliez et Marine Pennetier, édité par Sophie Louet)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below