February 21, 2019 / 6:32 AM / a month ago

Getlink-L'EBE stagnera en 2019 en cas de Brexit sans accord

PARIS, 21 février (Reuters) - Getlink, qui a publié jeudi des résultats annuels records, anticipe un deuxième trimestre perturbé par la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne et estime que son excédent brut d’exploitation (EBE) pourrait stagner en 2019 en cas de Brexit sans accord.

L’opérateur du tunnel sous la Manche précise dans un communiqué que les incertitudes concernant le Brexit “sont de nature à affecter l’activité pendant les premières semaines qui suivront le 29 mars 2019” (date de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne).

Quel que soit le cas de figure, “il y aura des retards au passage de la frontière, qui vont perturber le 2e trimestre, mais les choses devraient ensuite se remettre en place et nous sommes très confiants pour le 2e semestre”, a déclaré Jacques Gounon, PDG du groupe, lors d’une conférence téléphonique avec la presse.

En 2018, l’ex-groupe Eurotunnel a dégagé un EBE en progression de 9% à 569 millions d’euros, sur un chiffre d’affaires en hausse de 5% à 1,08 milliard.

Le bénéfice net consolidé a grimpé quant à lui de 16% à 130 millions et le dividende proposé a été relevé de 20% à 36 centimes.

“Nous avons réalisé une année qui défie l’histoire. Tous les secteur ont très bien réagi”, s’est félicité le PDG.

Dans l’hypothèse d’un Brexit sans accord, qui ne constitue pas le scénario central du groupe, l’EBE devrait être quasiment stable à 560 millions d’euros en 2019.

A l’inverse, en cas d’accord, il devrait atteindre 575 millions (au taux de change de 1,128 euro pour une livre sterling).

Dans la perspective du Brexit, Getlink prévoit d’investir 10 millions d’euros en 2019 (après 3,0 millions en 2018), notamment dans l’aménagement de ses terminaux et l’agrandissement des parkings rendu nécessaire par des procédures douanières qui ralentiront le passage de la frontière.

Le groupe, qui précise rester “très confiant” dans la solidité de son modèle et dans son potentiel de croissance à moyen terme, confirme anticiper un EBE de plus de 735 millions d’euros à l’horizon 2022.

Interrogé sur l’attitude du fonds activiste TCI, deuxième actionnaire de Getlink avec 11% du capital derrière l’italien Atlantia (15,5%) et devant le français Eiffage (5%), Jacques Gounon a affirmé que le fonds ne se comportait pas comme un activiste et qu’il n’avait formulé “aucune demande spécifique”.

“Il est rentré autour de 10 euros, le titre Getlink se traite autour de 12-13 euros. Il a fait un bon calcul”, a-t-il dit.

La valeur a fini à 12,60 euros à la Bourse de Paris mercredi, signant une progression de 7,5% depuis le début de l’année. (Pascale Denis, édité par Catherine Mallebay-Vacqueur)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below