June 6, 2019 / 6:27 AM / 3 months ago

Le Maire "prend acte" du retrait de l'offre de FCA sur Renault

PARIS, 6 juin (Reuters) - Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a pris acte jeudi de la décision de Fiat Chrysler Automobiles (FCA) de retirer son projet de fusion de 30 milliards d’euros avec Renault.

Le groupe italo-américain a justifié dans la nuit cette décision inattendue - alors qu’un accord semblait se dessiner - par le fait que les “conditions politiques en France” n’étaient pas réunies.

Bruno Le Maire souligné de son côté que l’Etat français, actionnaire de Renault à 15,1%, avait accueilli dès le début cette offre “avec ouverture et a travaillé de manière constructive avec l’ensemble des parties prenantes”.

Rappelant que l’Etat avait subordonné son accord à quatre conditions - soutien de Nissan à ce projet, maintien de l’emploi industriel en France, gouvernance équilibrée et participation au projet européen de batteries - trois d’entre elles avaient été remplies et que seul restait à obtenir un soutien “explicite” de Nissan, le partenaire japonais de Renault.

Afin de convaincre le constructeur japonais, l’Etat avait ainsi demandé que le conseil d’administration de Renault dispose d’un délai additionnel de cinq jours.

“Renault, au sein de l’Alliance (avec Nissan et Mitsubishi), détient l’ensemble des atouts pour relever les défis auxquels fait face le secteur de l’automobile notamment en matière de véhicule électrique et de réduction des émissions”, a souligné le ministre de l’Economie.

Jean-Michel Bélot, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below