for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

LEAD 2 Julius Bär scinde sa banque privée et sa gestion d'actifs

* Julius Bär scinde ses activités en deux unités

* Julius Bär Group et GAM Holding seront cotés sur SIX

* L’action bondit de 7%

ZURICH, 20 mai (Reuters) - Julius Bär BAER.VX scinde ses activités de banque privée et de gestion d'actifs pour constituer deux entités indépendantes cotées séparément sur la bourse suisse SIX Swiss Exchange, une nouvelle applaudie par les investisseurs.

Vers 09h30 GMT, l'action bondit de 7,6% à plus de 47 francs suisses dans un marché suisse .SSMI stable.

Toutes les activités de banque privée seront désormais régroupées au sein d’une nouvelle société, le Julius Baer Group Ltd., dont les services et conseils seront axés sur la clientèle privée, précise l’établissement dans un communiqué publié mercredi. L’unité gérera des actifs de près de 160 milliards de francs suisses et emploiera 3.000 personnes.

GAM Holding Ltd., composé de GAM, Artio Global et Julius Bär Asset Management Europe, se consacrera à la gestion d’actifs. Ses masses sous gestion atteindront environ 116 milliards de francs et ses effectifs plus de 1.200 collaborateurs, explique Julius Bär en se basant sur le total de 275 milliards d’actifs gérés fin 2008.

“Basé sur nos estimations, Julius Bär Group devrait gérer 180 milliards à fin 2009 contre 121 milliards pour GAM”, calcule Tobias Brütsch, analyste à la banque Vontobel.

“Cette scission n’est pas une surprise”, juge Andreas Venditti à la Banque cantonale de Zurich (BCZ), saluant la transparence et la concentration stratégique sur des champs d’activités indépendants.

“D’autres avantages se situent dans la réduction des conflits d’intérêts et la possibilité pour les actionnaires d’évaluer séparément les deux unités”, ajoute-t-il.

Mathias Bueeler chez Kepler CM est plus sceptique, s’interrogeant sur “cette décision stratégique après plusieurs années d’intégration de la gestion d’actifs dans la banque privée”.

La continuité prime au sommet, Raymond Bär restant président du Julius Bär Group avec Boris Collardi à la tête de la banque Julius Bär. Hans de Gier chapeautera le GAM Holding avec David Solo comme directeur général.

Des acquisitions dans les deux unités sont envisageables, précise la banque lors d’une conférence de presse à Zurich, s’attendant à davantage de fusions-acquisitions dans le secteur bancaire en Suisse.

La banque privée Julius Bär devra rester cotée sur l’indice des valeurs vedettes SMI.

IPO D’ARTIO PREVUE AU T3

Au premier jour de cotation prévu à la fin du troisième trimestre 2009, chaque actionnaire recevra une action Julius Bär Group et une action GAM Holding par titre existant, précise le groupe dans une présentation disponible sur son site internet.

Le projet d’introduction en Bourse de son unité américaine de gestion d’actifs Artio Global en 2009 est confirmé “bien que sa mise en oeuvre demeure tributaire des conditions du marché”, souligne Julius Bär, mentionnant le début du troisième trimestre pour une introduction globale ou partielle.

Le programme de rachat de titres d’un volume pouvant atteindre deux milliards de francs suisses, dont 300 millions déjà exécutés, sera en revanche annulé.

La scission, qui ne devrait pas entraîner de suppression de postes, devrait être finalisée au cours du troisième trimestre, sous réserve de l’approbation des actionnaires qui doivent se réunir en assemblée générale extraordinaire le 30 juin. La publication des résultats du premier semestre est reportée au 27 juillet.

L’opération viendra parachever l’indépendance opérationnelle acquise graduellement par les activités de private banking et de gestion de fortune depuis la mise en place du principe de holding financier pur en 2007, explique Julius Bär.

“A notre avis, la principale part de la valeur de l’entreprise reviendra à Julius Bär Group qui sera une banque privée très bien capitalisée”, souligne Brütsch de Vontobel. “Le goodwill de GAM sera alloué à l’unité de gestion d’actifs ce qui réduira les inquiétudes sur un amortissement chez Julius Bär Group.”

Lors de la conférence de presse, le directeur financier de l’établissement, Dieter Enkelmann, a déclaré ne pas voir de raison à un tel amortissement.

La banque avait dévoilé les tendances pour les quatre premiers mois de l’année la semaine dernière, faisant état d’afflux nets d’argent frais positifs dans ses activités de banque privée mais de sorties importantes dans la gestion d’actifs.

Silke Koltrowitz, édition Ratiba Hamzaoui

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up