February 14, 2011 / 10:01 PM / 9 years ago

LEAD 1 L'Eurogroupe avance sur le MES, envoie Praet à la BCE

* La capacité de prêt effective du MES sera de E500 mds

* Retour d’une certaine cacophonie au sein de l’UE

* Praet recommandé pour le directoire de la BCE

(actualisé avec le MES, précisions, fin de la réunion)

par Julien Toyer

BRUXELLES, 14 février (Reuters) - Dans le cadre de leurs discussions sur une réponse globale de l’UE à la crise, les ministres des Finances de la zone euro se sont mis d’accord lundi pour que la capacité effective de prêt du futur Mécanisme européen de stabilité (MES) soit de 500 milliards d’euros.

Le Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker, qui présidait la réunion mensuelle des ministres des Finances des pays de la monnaie unique, a précisé que les pays hors zone euro pourraient apporter une contribution supplémentaire, de même que le Fonds monétaire international (FMI).

“Nous progressons bien. Nous nous sommes déjà mis d’accord sur le volume de prêt du MES (...) Nous sommes d’accord sur un montant de 500 milliards d’euros, qui sera soumis à des révisions régulières”, a-t-il dit lors d’une conférence de presse à l’issue de la réunion.

“Le FMI sera bien entendu partie prenante, comme le seront les pays non membres de la zone euro sur une base volontaire”, a-t-il poursuivi.

Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, a ensuite indiqué que le FMI apporterait une contribution similaire à celle déjà fournie en parallèle du Fonds européen de stabilité financière (FESF), à savoir environ 250 milliards d’euros.

“Nous nous attendons à ce que le FMI contribue au MES à hauteur de 50 cents pour chaque euro octroyé par la zone euro”, a déclaré le commissaire finlandais.

Le MES doit se substituer à partir de 2013 au FESF, créé en mai dernier au plus fort de la crise de la dette européenne.

Le FESF est actuellement abondé par 440 milliards d’euros de garanties des pays de la zone euro mais sa capacité effective de prêt est réduite à environ 250 milliards d’euros afin de maintenir une note AAA.

“TROP LENTS”

Jean-Claude Juncker et Olli Rehn ont indiqué que les négociations se poursuivraient entre les Vingt-Sept sur les différentes options visant à relever la capacité effective de prêt du FESF, sur la manière de rendre le fonds plus flexible ainsi que sur l’architecture future du MES.

Ils ont confirmé que les Européens espéraient trouver un accord en mars, lors d’un sommet des dirigeants de la zone euro le 11 puis lors d’un sommet européen à 27, les 24 et 25.

En dehors de ces deux chantiers, les Vingt-Sept négocient aussi toujours sur la réforme du pacte de stabilité et de croissance et sur l’organisation d’une nouvelle série de stress tests bancaires.

Ils doivent également s’entendre sur le “pacte de compétitivité” présenté par l’Allemagne et la France lors du dernier sommet européen, qui a relancé une certaine cacophonie européenne, face à des marchés déjà rendus inquiets par le retour des tensions inflationnistes.

Ce projet a suscité de fortes réticences, tant sur le fond que sur la forme. Les négociations s’annoncent tendues.

“Tout le monde est pour améliorer la compétitivité. Mais quel est le meilleur moyen ? Je ne suis pas sûr que la proposition franco-allemande soit le meilleur moyen”, a insisté le ministre finlandais des Finances Jyrki Katainen.

De source proche des négociations, on indique d’ailleurs qu’aucun accord n’est en vue sur ces différents dossiers et qu’aucune décision concrète ne devrait intervenir avant les sommets du mois de mars.

“Nous sommes probablement trop lents à prendre les décisions pertinentes”, a regretté le ministre luxembourgeois des Finances Luc Frieden.

MOUVEMENTS À LA BCE

Ces interrogations sur la capacité des Européens à se mettre d’accord ont contribué à une nouvelle hausse du rendement de la dette portugaise à dix ans. (voir [ID:nLDE71920Y])

Celui-ci a atteint jeudi dernier un niveau sans précédent depuis la création de l’euro, à 7,656%, tandis que la prime réclamée par les investisseurs pour détenir le papier portugais plutôt que des Bunds allemands à même échéance a augmenté à 440 points de base.

Lisbonne a annoncé lundi que le produit intérieur brut portugais avait diminué de 0,3% au quatrième trimestre par rapport aux trois mois précédents, confortant les anticipations des marchés qui craignent une nouvelle période de récession, alors que le plan d’austérité pèse sur la consommation. [ID:nLDE71D186]

Ceci s’ajoute à une hausse des anticipations d’inflation, qui “inquiète” la BCE, selon les mots d’Ewald Nowotny, membre du Conseil des gouverneurs de l’institut de Francfort. [ID:nLDE71D1JG]

D’autant que l’annonce du retrait d’Axel Weber de la course à la succession de Jean-Claude Trichet à la tête de BCE a relancé les discussions sur la répartition des postes de direction au sein de la banque.

Alors qu’il avait été question de remettre à plus tard la décision sur le choix d’un successeur à Gertrude Tumpel-Gugerell au directoire de la BCE, les ministres ont finalement choisi le Belge Peter Praet. [ID:nLDE71D1Q0]

Celui-ci était largement pressenti au détriment de la Slovaque Elena Kohutikova.

Julien Toyer, édité par Danielle Rouquié

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below