for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

LEAD 1 Un rachat d'obligations par le FESF envisagé /source

(répétition avec précision au quatrième paragraphe)

* Possible rachat d’obligations de pays en difficulté /source

* Aucune décision n’a été prise à ce stade

* Une mesure de rachats serait intégrée à un plan plus vaste

par Jan Strupczewski

BRUXELLES, 20 janvier (Reuters) - La zone euro envisage d’autoriser le Fonds européen de stabilité financière (FESF) à acheter des obligations d’Etats membres en difficulté face à la crise de la dette, a déclaré jeudi une source de la zone.

Le FESF est un véhicule qui peut lever des fonds sous la garantie des Etats et les prêter à un pays qui peinerait à se financer sur les marchés, en contrepartie d’un programme de consolidation budgétaire et de réformes structurelles.

Les 17 membres de la zone ont entamé des discussions concernant un relèvement de la capacité effective de prêt du FESF, actuellement de 250 milliards d’euros, jusqu’à son plafond de 440 milliards, tout en élargissant les usages possibles des fonds ainsi levés.

Selon les termes du projet qui est débattu, le FESF pourrait acquérir du papier sur le marché secondaire afin d’aider un pays à stabiliser son marché obligataire.

“Cette option a toujours été sur la table comme élément d’un ‘paquet complet’, a déclaré à Reuters cette source au fait des discussions.

“Elle était débattue en terme généraux, sous l’intitulé ‘élargir le champ d’action des activités du FESF’, et non en lien avec un pays spécifique”, a-t-elle ajouté.

Selon elle, ces rachats d’obligations ne seraient pas une mesure isolée mais feraient partie d’un programme plus large de consolidation et de réforme négocié avec le pays en difficulté.

“Les rachats pourraient être mis en place en combinaison avec un prêt ou une recapitalisation des banques du pays aidé, par exemple.”

Aucune décision n’a été prise à ce stade et d’autres discussions techniques devraient avoir lieu dans les prochaines semaines, bien que l’idée ait rencontré un certain soutien parmi les dirigeants de la zone euro, a poursuivi la source.

“C’est l’une des pistes les plus sérieusement envisagées. Certains faisaient vraiment pression dans ce sens. Je crois que techniquement, le FESF rachèterait les obligations et les transformerait d’une manière ou d’une autre en nouvelle émission.”

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up