December 14, 2010 / 3:36 PM / 9 years ago

Une loi renforce les pouvoirs de Dublin pour réformer la banque

DUBLIN, 14 décembre (Reuters) - Une loi promulguée mardi octroie à l’Etat irlandais des pouvoirs étendus pour mener la restructuration du système bancaire, notamment la possibilité d’imputer des pertes aux détenteurs d’obligations non prioritaires. L’Irlande a accepté de réformer et réduire la taille de ses banques pour obtenir de l’Union européenne et le Fonds monétaire international une aide financière de 85 milliards d’euros destinée à de ne pas creuser les pertes de ses bailleurs de fond et à éviter une propagation de la crise de sa dette dans la zone euro.

“Cette loi permettra au ministre de prendre les mesures requises pour avoir un système bancaire de dépôt dont la taille soit conforme à l’économie irlandaise et qui soit centré sur elle”, a déclaré le ministre des Finances Brian Lenihan. “Le système bancaire doit jouer son rôle de fournisseur de crédits pour l’économie réelle et de soutien à notre reprise.”

Le texte permet au ministre des Finances de transférer les actifs et le passif des banques et de “prendre ou empêcher toute action afin de soutenir la stratégie bancaire de l’Etat”.

Cette loi exceptionnelle, qui expirera fin 2012, s’applique aux banques renflouées par l’Etat, aux établissements de crédit immobilier et aux établissements de crédit mutuel. Elle autorise l’Etat à imputer au cas par cas des pertes aux créanciers obligataires non prioritaires.

Elle va aussi permettre l’injection d’ici la fin de l’année d’une partie des capitaux nécessaires à Allied Irish banks ALBK.I, qui doit trouver 10 milliards d’euros pour atteindre les objectifs fixés par Dublin en matière de fonds propres.

Elle facilitera enfin la restructuration prévue des établissements nationalisés Anglo Irish Bank [ANGIB.UL] et Irish Nationwide Building Society [IRNBS.UL].

Après l’accord sur l’aide de l’UE et du FMI, la banque centrale irlandaise a relevé l’objectif de ratio Tier 1 dur de 8% à 12% mais l’a maintenu à 14% pour Allied Irish Banks, afin de couvrir de futures pertes sur créances.

Carmel Crimmins, Grégory Blachier pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below