December 6, 2010 / 9:11 AM / 9 years ago

AOL étudie son démantèlement pour se marier avec Yahoo / Sources

NEW YORK, 6 décembre (Reuters) - AOL AOL.N étudie son propre démantèlement via une série de transactions qui pourraient déboucher sur une fusion avec son compatriote Yahoo YHOO.O, apprend-on de sources proches du dossier.

Le projet n’en est qu’à sa phase exploratoire et Yahoo n’a pas été contacté, indique-t-on.

Sous de nombreux aspects, ces nouvelles discussions découlent des projets envisagés en 2008 et 2009 avant la scission de Time Warner TWX.N et d’AOL.

A l’époque, le conglomérat du cinéma et des médias avait envisagé de céder deux importantes activités d’AOL. Son service internet bas débit aurait été vendu à EarthLink ELNK.O ou United Online UNTD.O. Son activité de bannières publicitaires sur internet aurait été transférée à Yahoo, indique-t-on.

Time Warner avait finalement préféré se séparer d’AOL plutôt que de se retrouver avec de grosses taxes liées à un démantèlement, explique-t-on.

Depuis la scission de décembre 2009, AOL a continué à étudier son démantèlement. Mais, depuis, la direction des acquéreurs potentiels, Yahoo et EarthLink, a changé, souligne-t-on.

Ainsi, EarthLink, qui a depuis racheté DeltaCom pour 516 millions de dollars, ne devrait pas s’intéresser à une autre opération importante, explique-t-on.

Combiner les activités web de Yahoo et d’AOL a du sens, estime Todd Rethemeier, analyste chez Hudson Square Research. La page d’accueil de Yahoo attire du public, intéressé notamment par le sport, la finance, les informations générales et la messagerie électronique, tandis qu’AOL est fort dans les cartes et plans et le divertissement, explique Todd Rethemeier.

AOL est réticent à céder son activité dans le bas débit, bien qu’elle soit en déclin, parce qu’elle reste une importante source de chiffre d’affaires et ses quatre millions de clients restent un gros contributeur à son trafic sur sa page d’accueil.

La division pourrait contribuer à un peu plus d’un milliard de dollars de chiffre d’affaires sur un chiffre d’affaires global de 2,4 milliards cette année, selon les estimations de Todd Rethemeier.

L’activité bas débit pourrait se négocier à deux ou trois fois l’excédent brut d’exploitation, estime Brian Pitz, analyste cher UBS.

Todd Rethemeier souligne qu’AOL perd des abonnés dans le bas débit au rythme de 200.000 ou 300.000 par trimestre.

“Le problème est que Yahoo n’est pas intéressé par le bas débit”, commente une des sources.

Nadia Damouni, Danielle Rouquié pour le service français, édité par Cyril Altmeyer

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below