July 19, 2010 / 8:40 AM / 9 years ago

LEAD 1 La Hongrie exclut de nouvelles mesures d'austérité

* Une taxe sur le secteur bancaire nécessaire - ministre

* L’austérité n’est pas une possibilité - ministre

* Chute du forint et baisse des emprunts d’Etat

BUDAPEST, 19 juillet (Reuters) - Le gouvernement hongrois s’en tient à son projet de taxe sur le secteur financier pour cette année et exclut de nouvelles mesures d’austérité, a annoncé lundi le ministre de l’Economie, alors que ses discussions avec ses créanciers internationaux ont été suspendues ce week-end.

Le forint a plongé lundi matin jusqu’à 289,70 forints pour un euro EURHUF=D2, soit une chute d’environ 2,7%, après la suspension samedi de l’évaluation de l’accord de financement de la Hongrie signé en octobre 2008, les créanciers du pays estimant que Budapest devait prendre des mesures plus fortes pour réduire son déficit budgétaire. (voir [ID:nLDE66H06F])

Les emprunts d’Etat hongrois ont reculé avec la hausse de 20 à 25 points de base (pdb) de leur rendement à l’ouverture des marchés obligataires.

Les discussions du gouvernement de centre droit avec le Fonds monétaire international (FMI) et l’Union européenne (UE) se sont terminées prématurément samedi sans conclusion de l’évaluation du programme de financement du pays.

Cela signifie que la Hongrie n’aura pas accès, tant que l’évaluation du programme n’aura pas été terminée, au reste des fonds qui devaient lui être alloués, soit environ 5,5 milliards d’euros sur les 20 milliards prévus par l’accord de financement.

“SOIT LA TAXE BANCAIRE, SOIT L’AUSTERITE”

Tout en n’étant pas sous pression financière dans l’immédiat, la Hongrie n’envisage pas d’utiliser le prêt du FMI et de l’UE comme un filet de sécurité cette année et l’absence d’accord risque donc d’entamer la confiance des investisseurs. Le ministre de l’Economie, Gyorgy Matolcsy a déclaré lundi lors d’un entretien sur la chaîne de télévision M1 que le FMI et l’UE avaient exprimé leur préoccupation sur un projet de taxe de 200 milliards de forints (695 millions d’euros) du gouvernement visant à contenir le déficit budgétaire.

Les représentants du FMI et de l’UE se sont également inquiétés d’un projet de plafonnement des rémunérations dans la fonction publique, salaire du gouverneur de la banque centrale compris.

“La Hongrie a subi un programme d’austérité au cours des cinq dernières années (...) Nous avons dit à nos partenaires que de nouvelles mesures d’austérité étaient hors de question”, a dit le ministre de l’Economie.

Gyorgy Matolcsy a réaffirmé lundi l’objectif de la Hongrie de ramener son déficit budgétaire à 3,8% de son produit intérieur brut (PIB) cette année. Le ministre a toutefois précisé que cela devait principalement se faire à l’aide de la taxe envisagée sur les banques.

“Nous allons imposer la taxe bancaire, nous savons que c’est un lourd fardeau supplémentaire, mais nous savons également que nous pouvons atteindre (l’objectif) d’un déficit de 3,8%”, a-t-il dit.

“C’est soit la taxe bancaire, soit l’austérité”, a-t-il ajouté.

Gergely Szakacs et Krisztina Than, Alexandre Boksenbaum-Granier pour le service français, édité par Danielle Rouquié

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below