May 12, 2010 / 6:36 PM / in 10 years

Des élus américains enquêtent sur la sécurité du forage BP

par Tom Doggett et Steve Gorman

WASHINGTON/PORT FOURCHON, Louisiane, 12 mai (Reuters) - Des membres du Congrès américain ont interrogé mercredi des responsables de BP (BP.L), Transocean (RIG.N) et Halliburton (HAL.N) sur la sécurité de la plate-forme de forage Deepwater Horizon, à l’origine de la marée noire dans le golfe du Mexique.

De son côté, BP s’efforçait de poser une nouvelle coiffe de confinement pour tenter de colmater la fuite de brut qui s’échappe par 1.500 mètres de fond depuis l’explosion de la plate-forme, le 20 avril, et son naufrage deux jours plus tard.

Après avoir entendu, mardi, les responsables des sociétes concernées se rejeter la responsabilité de la catastrophe écologique, une commission de la chambre des Représentants a dit avoir découvert des problèmes importants dans un mécanisme de sécurité du puits foré pour le compte de BP.

Bart Stupart, membre de la chambre des Représentants, a déclaré que l’enquête de sa commission avait fait apparaître qu’il y avait une fuite au bloc obturateur de puits (BOP) - une valve de sécurité sous-marine - et qu’il n’était pas assez puissant pour arrêter le flux de pétrole après l’explosion de la plate-forme.

Certains membres de la commission ont aussi contesté la réaction de BP en disant que la compagnie semblait tenter diverses solutions sans aucune certitude de succès.

INDEMNISATION

La compagnie pétrolière se préparait mercredi à tenter de poser un “dôme de confinement” sur la fuite. Mais des responsables de BP ont souligné qu’ils n’étaient pas certains de réussir en raison de la difficulté de travailler à 1.500 mètres de profondeur.

Bryan Ferguson, porte-parole de BP, a dit que la compagnie tentait aussi de forer un puits de secours, ce qui pourrait prendre 80 jours. D’ici deux semaines, BP espère par ailleurs colmater la fuite en y injectant à forte pression divers matérieux tels que débris de pneus et balles de golf.

Le pétrole continue de s’écouler au rythme de 800.000 litres par jour et la marée noire se dirige vers la côte où elle menace la pêche et le tourisme, les deux principales ressources de la région.

La Maison blanche a proposé un projet de loi autorisant le déblocage de 188 millions de dollars - dont la plus grande partie serait couverte par BP - afin de permettre au gouvernement fédéral d’accélérer l’assistance aux personnes affectées.

Le texte lèverait aussi le plafond de la responsabilité pour les pertes économiques dues à la marée noire.

Il prévoit par ailleurs d’augmenter d’un cent par baril la taxe versée par les compagnies pétrolières à un fonds d’indemnisation pour les marées noires.

Avec Ayesha Rascoe et David Alexander à Washington, Shaleem Thompson et Don Pessin à Venice Louisiane, Verna Gates à Mobile Alabama et Pascal Fletcher; Nicole Dupont pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below