May 9, 2010 / 1:02 AM / 9 years ago

USA - Le sénateur Bennett, nouvelle victime du Tea Party

par James Nelson

SALT LAKE CITY, Utah, 9 mai (Reuters) - Le sénateur républicain Bob Bennett, qui représentait l’Utah à Washington depuis 1992, a été sèchement éliminé samedi des primaires organisées en vue des élections de novembre prochain, victime à son tour de la mouvance du Tea Party.

Bennett, réélu en 2004 avec 60% des voix, était la dernière cible en date de ce mouvement radical apparu sur la droite du Parti républicain, nourri par le rejet des pratiques politiques fédérales.

Un deuxième tour sera nécessaire pour désigner le candidat du Grand Old Party au poste de sénateur de l’Utah entre l’homme d’affaires Tim Bridgewater et l’avocat Mike Lee, soutenu par les militants du Tea Party (1).

Cette mouvance a émergé l’an dernier à la faveur des manifestations et des réunions publiques parfois très virulentes contre le projet de réforme du système de santé voulu par Barack Obama.

Elle s’est organisée sur la droite du Parti républicain autour du rejet de l’interventionnisme fédéral, de la dénonciation du “socialisme” du président démocrate et d’une plate-forme prônant baisse des impôts et réduction de la dépense publique. Elle s’est fixé parmi ses objectifs de faire barrage aux républicains jugés trop conventionnels.

Ainsi Bob Bennett, 76 ans, était accusé d’avoir soutenu le plan de sauvetage et de renflouement des grands établissements financiers de Wall Street, symbole honni par le Tea Party de ce retour au premier plan de l’Etat.

“Notre pays est balayé par une vague qui appelle une nouvelle génération de dirigeants, des dirigeants qui s’engagent en faveur d’un gouvernement fédéral constitutionnellement limité”, a expliqué à Reuters Mike Lee, dont la campagne locale se résume à un thème: le gouvernement fédéral est “trop gros, trop dépensier et trop étouffant”.

Ce vote anti-establishment menace certains ténors républicains, jusqu’à John McCain, sénateur de l’Arizona et candidat malheureux à l’élection présidentielle de novembre 2008.

En Floride, le gouverneur républicain Charlie Crist a pris les devants. Plutôt que de se frotter à Marco Rubio, candidat du Tea Party aux primaires républicaines, il a annoncé le mois dernier qu’il briguerait un siège de sénateur en candidat indépendant.

Les Etats-Unis voteront en novembre pour les traditionnelles élections de “midterm” (de mi-mandat, ou intermédiaires).

Deux ans après le scrutin présidentiel, la totalité des sièges de la Chambre des représentants seront remis en jeu, de même qu’un tiers des mandats de sénateurs.

Le Parti démocrate de Barack Obama, qui entend conserver sa majorité parlementaire, espère profiter des dissensions au sein de l’opposition républicaine.

1 ce mouvement tire son nom de la "Boston Tea Party" de 1773, lorsque des colons américains manifestèrent contre les impôts exigés par Londres et qui constitue l'un des préludes à la guerre d'indépendance. Henri-Pierre André pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below