for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

Grèce - L'avenir de l'Europe est en cause, estime Aubry

PARIS, 28 avril (Reuters) - La crise grecque met en cause l’avenir de l’Union européenne, qui se doit d’être solidaire si elle ne veut pas disparaître, a estimé mercredi le premier secrétaire du Parti socialiste français, Martine Aubry.

En marge de son rendez-vous sur la réforme des retraites au ministère du Travail, elle a confirmé que les socialistes voteraient le plan de soutien français, qui doit être débattu au Parlement la semaine prochaine.

“Nous aurions préféré que nous prêtions à la Grèce avec un taux d’intérêt qui est celui auquel nous empruntons, car nous n’avons pas besoin de faire de bénéfices sur la Grèce, mais nous souhaitons cet acte de solidarité”, a dit la dirigeante socialiste à la presse.

“Nous sommes tous extrêmement préoccupés parce qu’au delà de la Grèce, c’est bien l’avenir de l’Europe qui est en cause”, a-t-elle ajouté, soulignant la nécessité d’accélérer la régulation financière mondiale.

“Il faut vraiment que l’Europe soit enfin une force derrière (le président américain Barack) Obama pour réguler le système financier, autrement nous aurons d’autres Grèce demain et l’Europe sortira des radars de l’histoire. Après c’est la crise, c’est la décroissance, c’est le chômage, donc c’est grave”, a encore déclaré Martine Aubry.

Laure Bretton, édité par Jean-Baptiste Vey

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up