19 février 2010 / 18:21 / dans 8 ans

Les services secrets grecs enquêtent sur les spéculateurs-Presse

ATHENES, 19 février (Reuters) - Deux journaux grecs rapportent vendredi que les services de renseignement locaux (EYP), opérant dans le cadre d‘une enquête sur les attaques spéculatives survenues contre la Grèce, ont identifié des firmes américaines et britanniques qui auraient vendu en masse des obligations grecques.

Le ministère des Finances a dit qu‘il ne pouvait confirmer ces informations, dont aucune ne dit qu‘il y a eu infraction. Un porte-parole du gouvernement a dit que l‘EYP n‘a jamais été chargé d‘une telle enquête.

“Il n‘y a pas eu une telle démarche, une telle décision. Sinon, nous faisons bien sûr notre analyse et tentons de déterminer d‘où proviennent ces jeux spéculatifs”, a dit à la presse George Petalotis, porte-parole du gouvernement.

“L‘EYP est parvenu à dénouer l’écheveau de la spéculation qui enserre le pays”, écrit le journal de centre-gauche To Vima vendredi, sans citer de sources.

Il ajoute que les services de renseignement ont identifié quatre fonds: le fonds spéculatif britannique Brevan Howard et les américains Moore Capital, Fidelity International et Paulson.

Le quotidien de centre-droit Kathimerini écrit lui que l‘EYP a découvert des informations confirmant une action concertée - légale mais spéculative - de firmes étrangères, dont Brevan Howard, le premier fonds spéculatif européen, et Pimco, le premier fonds obligataire mondial.

Brevan Howard a dit dans une lettre aux investisseurs qu‘il n‘avait aucune exposition à découvert à la dette grecque depuis la mi-décembre et qu‘il n‘avait nullement l‘intention de jouer les obligations à la baisse ou d‘acheter des CDS dans un avenir prévisible.

Moore Capital s‘est refusé à tout commentaire. Pimco a dit qu‘il ne commentait pas les rumeurs de marché. Paulson n’était pas joignable dans l‘immédiat.

Une porte-parole de Fidelity a déclaré: “Les fonds obligataires de Fidelity International ne se positionnent pas à découvert activement sur quelque dette souveraine que ce soit, si ce n‘est pour des motifs de couverture”.

“La stabilité du marché est très importante pour nous en tant qu‘investisseurs sur le long terme et nous ne nous engagerions jamais dans des pratiques qui, de notre point de vue, seraient préjudiciables à un marché liquide et fonctionnant bien”.

Le quotidien espagnol El Pais écrivait dimanche dernier que les services de renseignement espagnols enquêtaient sur des “attaques spéculatives” contre le pays.

par Georges Georgiopoulos, version française Wilfrid Exbrayat, édité par Nicolas Delame

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below