February 11, 2010 / 2:51 PM / 10 years ago

LEAD 1 Des achats d'obligations grecques à l'étude - Source UE

BRUXELLES, 11 février (Reuters) - Des achats d’obligations grecques par des banques publiques de la zone euro sont l’une des options à l’étude dans le plan d’aide de l’Union européenne à la Grèce, a déclaré jeudi une source de l’UE au fait des discussions.

Prié de dire si l’idée, évoquée par le parlementaire européen Wolf Klinz mercredi dans un entretien donnée à Reuters Insider, d’achat d’obligations était dans l’air, la source a répondu: “Oui, il y a plusieurs pistes. Ce sera différent d’un pays à l’autre”.

“Il y aura lundi lors de l’Eurogroupe une discussion sur les modalités d’intervention. Le mécanisme envisagé pourrait éventuellement être en plusieurs étapes, avec des déclenchements à certains niveaux”, a ajouté la source.

“La clé de répartition serait en fonction du poids dans la zone euro”.

La source a ajouté que les modalités de l’aide à la Grèce n’étaient pas encore arrêtées en raison d’un manque de consensus au sein de la coalition gouvernementale allemande, en l’espèce l’absence d’un feu vert de la part du parti FDP.

“Le principal obstacle à un accord détaillé reste le manque d’accord en Allemagne de la part des partenaires de la coalition (de la chancelière) Angela Merkel”, a-t-elle dit.

La source a enfin déclaré que “le rôle du FMI (dans tout mécanisme d’aide à la Grèce) n’irait pour le moment pas plus loin qu’une aide technique”.

Un diplomate de l’Union européenne a par ailleurs déclaré que les pays de la zone euro avaient discuté de tous les instruments théoriques possibles pour venir en aide à la Grèce mais n’avaient pris aucune décision concrète.

“Il n’y a pas eu d’accord sur les instruments”, a-t-il dit en marge du sommet de l’UE, ajoutant qu’il avait été question de mécanismes communautaires, du rôle du FMI et du principe de l’aide bilatérale.

Le diplomate a également déclaré que les anticipations des marchés sur le grèce ne correspondaient plus aux fondamentaux et qu’il ne voyait aucun autre pays de la zone euro en danger.

Julien Toyer, Jan Strupczewski, Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below