February 1, 2010 / 9:36 PM / 10 years ago

USA-Echec d'un exercice militaire simulant une attaque de l'Iran

WASHINGTON, 1er février (Reuters) - Un exercice américain durant lequel devait être détruit en vol un missile simulant une attaque iranienne a échoué en raison du mauvais fonctionnement d’un radar, a annoncé lundi le département de la Défense.

Cet essai coïncidait avec la publication d’un rapport du Pentagone selon lequel l’Iran aurait développé ses capacités en matière de missiles balistiques. Le document met en garde contre une menace “notable” pour les Etats-Unis et les forces alliées au Moyen-orient.

Selon l’Agence américaine de défense antimissile, le projectile-cible, tiré de la base de Kwajalein (îles Marshall), et l’intercepteur, mis à feu sur la base californienne de Vandenberg, ont fonctionné normalement.

Mais en raison d’une anomalie sur un radar, le missile intercepteur n’a pas réussi à percuter la cible en vol. Une enquête doit déterminer précisément les raisons de cet échec.

C’est la première fois que Washington teste son système de défense contre les missiles balistiques dans un exercice simulant une attaque iranienne. De précédentes manoeuvres simulaient des tirs nord-coréens.

Selon le “Rapport sur la défense antimissile balistique” publié lundi par le Pentagone, Téhéran a mis au point des projectiles capables d’atteindre des cibles au Moyen-Orient et en Europe de l’Est.

Le document indique aussi que l’Iran déploierait sur le terrain de plus en plus de lanceurs mobiles de missiles à portée plus réduite.

En réponse, les Etats-Unis ont accru le nombre de leurs systèmes antimissile terrestres et maritimes dans et autour du golfe Arabo-persique, ont indiqué des responsables américains.

Washington a notamment implanté des rampes de missiles Patriot au Koweït, au Qatar, aux Emirats arabes unis et à Bahreïn, tandis que des bâtiments de l’US Navy équipés de défenses similaires patrouillent en Méditerranée, ont-ils ajouté.

Le rapport du Pentagone présente en outre les missiles à courte portée de la Syrie comme une “menace régionale”, et affirme que Damas pourrait disposer de têtes chimiques pour certains de ces projectiles. (Jim Wolf, version française Gregory Schwartz)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below