for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

L'Italie prête à creuser encore son déficit en 2021 pour contrer la crise économique liée au Covid-19

ROME (Reuters) - Le gouvernement italien est prêt à creuser encore le déficit budgétaire prévu en 2021 et à revoir l’objectif prévu cette année pour compenser les pertes des entreprises contraintes de fermer du fait de la crise sanitaire, déclare mercredi le président du Conseil, Giuseppe Conte.

Le gouvernement italien est prêt à creuser encore le déficit budgétaire prévu en 2021 et à revoir l'objectif prévu cette année pour compenser les pertes des entreprises contraintes de fermer du fait de la crise sanitaire. /Photo prise le 6 novembre 2020/REUTERS/Daniele Mascolo

“Nous sommes prêts à intervenir en faveur de tous ceux qui vont subir de nouvelles pertes, y compris via un accroissement du déficit 2021 et une révision de la tendance du déficit pour 2020”, annonce-t-il dans une interview publiée par le quotidien La Stampa.

A ce stade, le gouvernement italien prévoit un déficit budgétaire de l’ordre de 10,8% du PIB en 2020 et de 7% l’année prochaine.

Mais le cabinet Conte a adopté la semaine dernière un nouvel ensemble de mesures pour amortir l’effet économique des restrictions mises en oeuvre pour endiguer la deuxième vague de l’épidémie de coronavirus.

Le dispositif, selon une source proche du dossier, représente au total un effort supplémentaire de 2,9 milliards d’euros pour la puissance publique.

Le gouvernement italien a annoncé la semaine dernière des mesures nationales, notamment un couvre-feu nocturne, pour faire face à la deuxième vague de contaminations et a divisé le pays en trois zones en fonction de leur situation sanitaire, adaptant ainsi les restrictions au niveau local.

Interrogé sur les moyens de lutter contre la vague épidémique, Giuseppe Conte expose dans La Stampa son opposition à un reconfinement national, sans l’exclure pour autant. Une telle perspective, dit-il, ne peut pas être “notre premier choix” en raison de ses coûts trop élevés.

“Nous travaillons pour éviter un confinement total”, dit-il, indiquant qu’il souhaite que ses compatriotes puissent fêter Noël et consommer à cette occasion, même si “nous ne pouvons pas imaginer des fêtes et des déjeuners bondés”.

Il ajoute que son gouvernement présentera prochainement au Parlement un plan national de vaccination contre le coronavirus alors que Pfizer et son partenaire allemand BioNTech ont annoncé lundi que leur vaccin expérimental était efficace à plus de 90% sur la base des premières données d’un essai clinique à grande échelle.

L’Italie, qui a été l’un des pays d’Europe les plus durement touchés lors de la première vague de l’épidémie au printemps, a fait état mardi de 35.098 nouveaux cas de contamination au cours des 24 dernières heures, une progression en nette hausse par rapport à la veille.

Les autorités ont également recensé 580 décès supplémentaires, soit le bilan quotidien le plus élevé depuis le 14 avril.

Depuis son apparition sur le territoire italien en février dernier, le virus a fait 42.330 décès et contaminé 995.463 personnes.

Cristina Carlevaro; version française Henri-Pierre André

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up