for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

Uber reste à la peine aux Etats-Unis, malgré Eats

5 novembre (Reuters) - Uber Technologies a publié jeudi un chiffre d’affaires inférieur aux attentes de Wall Street et une perte plus importante que prévu au troisième trimestre alors que le redressement de son activité de véhicules de transport avec chauffeur (VTC) est plus lent qu’ailleurs aux Etats-Unis, son principal marché.

Les dirigeants du groupe ont en outre prévenu que la demande en Europe, où le rebond a été le plus important, devrait se contracter dans un avenir proche avec le rétablissement de mesures de confinement de la population dans plusieurs pays face à la reprise de l’épidémie due au nouveau coronavirus.

Le titre perdait 1% dans les transactions après la clôture à Wall Street.

Uber a subi une perte (Ebitda) de 625 millions de dollars (528 millions d’euros) au troisième trimestre alors que le marché l’attendait à 597 millions selon les données IBES de Refinitiv.

Malgré la poursuite de la crise sanitaire, le groupe a maintenu son objectif de parvenir à une rentabilité trimestrielle avant la fin de 2021. Il pense pouvoir atteindre cet objectif même si la demande de courses reste inférieure de 10% à 20% à ses niveaux antérieurs à l’épidémie, via des réductions de coûts et une amélioration de sa marge dans son activité de distribution de repas à domicile Eats.

Le chiffre d’affaires de cette activité de livraison, y compris Eats, a plus que doublé au cours du dernier trimestre, à 1,45 milliard de dollars, un niveau jamais atteint. Cette division continue néanmoins à perdre de l’argent même si les pertes se sont réduites par rapport aux trimestres précédents.

Globalement, Uber a réalisé un chiffre d’affaires de 3,13 milliards de dollars au troisième trimestre, moins que les estimations des analystes qui l’attendaient à 3,2 milliards selon les données IBES de Refinitiv.

La demande pour son activité de VTC, qui représentait près de deux tiers de son chiffre d’affaires avant la pandémie, continue de se redresser après son plongeon de 80% en avril.

Les réservations restent toutefois inférieures de 50% à ce qu’elles étaient l’année dernière à changes constants, freinées par le lent redressement aux Etats-Unis, en particulier sur la côte Ouest. La situation est moins mauvaise en Europe et au Moyen-Orient, avec un recul limité à 36%.

La publication de ces résultats intervient deux jours après un succès important en Californie, où les électeurs ont voté en faveur d’une proposition, défendue par le groupe, permettant aux entreprises de VTC de ne pas requalifier leurs chauffeurs et livreurs en salariés mais en travailleurs indépendants. (Akanksha Rana à Bangalore et Tina Bellon à New York version française Bertrand Boucey)

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up