for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

USA 2020-L'optimisme des marchés d'actions a de quoi surprendre-AXA IM

PARIS, 5 novembre (Reuters) - L’optimisme des marchés d’actions face à l’incertitude entourant les résultats de l’élection présidentielle américaine est surprenant, dit-on chez AXA Investment Managers.

“La surprise, c’est la réaction des marchés d’actions puisque le narratif dominant, jusqu’à hier, c’était que les marchés s’étaient réconciliés avec une “vague bleue” démocrate dans l’idée que cela renforcerait la probabilité d’une relance budgétaire extrêmement puissante”, a déclaré jeudi Gilles Moëc, chef économiste de la société de gestion, lors d’une conférence en ligne.

Si le résultat de l’affrontement entre Joe Biden et Donald Trump pour la présidence se fait toujours attendre, la perspective d’une “vague bleue”, autrement dit d’une large victoire permettant aux démocrates de prendre le contrôle du Sénat, paraît de moins en moins probable.

“On s’attendait à ce que l’absence de vague bleue se traduise par un marché actions plutôt attentiste mais ce n’est pas vraiment ce à quoi l’on a assisté puisque l’on a vu un petit rally”, a dit Gilles Moëc.

Selon lui, les investisseurs se sont focalisés sur le recul du risque d’un renforcement de la réglementation en cas de large majorité démocrate, ce qui aurait pénalisé des secteurs comme la santé, la haute technologie ou la finance.

“Cela me semble relativement myope de la part des marchés, pour deux raisons” a-t-il dit.

“La première est que sur le plan strictement électoral, on n’est pas encore dans une situation suffisamment claire pour que l’on puisse écarter une volatilité forte dans les jours ou les semaines qu viennent”, a-t-il ajouté.

“Le deuxième élément est qu’à ce stade, il va être extrêmement difficile d’avoir quelque stimulus que ce soit avant la fin du mois de janvier 2021.”

Même dans la perspective d’un accord entre démocrates et républicains sur un plan de relance, le soutien budgétaire à l’économie américaine ne sera sans doute pas à la hauteur de ce qu’attendaient les marchés avant l’élection, a dit Gilles Moëc.

Patrick Vignal, édité par Blandine Hénault

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up