for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Malgré la crise, Airbus parvient à dégager de la trésorerie au troisième trimestre

PARIS (Reuters) - Frappé de plein fouet par la crise du coronavirus, Airbus est parvenu à stopper l’hémorragie de sa trésorerie au troisième trimestre et a dit viser un “free cash-flow” au moins stable pour les trois derniers mois de l’année.

Frappé de plein fouet par la crise du coronavirus, Airbus est parvenu à stopper l'hémorragie de sa trésorerie au troisième trimestre et a dit viser un "free cash-flow" au moins stable pour les trois derniers mois de l'année. /Photo prise le 2 juillet 2020/REUTERS/Benoit Tessier

Cette prévision, la première donnée depuis que le groupe d’aéronautique et de défense a abandonné ses objectifs annuels en avril, intervient alors que la France a annoncé mercredi un reconfinement national.

Le président exécutif d’Airbus, Guillaume Faury, a assuré que le groupe avait appris à s’adapter lors des derniers mois marqués par la crise sanitaire mais a prévenu que la reprise du trafic aérien était plus longue qu’escompté.

“Nous pensons que nous allons devoir vivre avec la circulation du virus pendant encore un long moment”, a-t-il dit.

Airbus a fait état jeudi d’un flux de trésorerie avant fusions-acquisitions (M&A) et financement clients positif de 600 millions d’euros sur juillet-septembre, grâce un nombre de livraisons plus élevé qu’au trimestre précédent et un strict contrôle des coûts.

Le groupe n’a pas fourni de prévisions sur ses livraisons pour 2020 mais des observateurs du secteur estiment qu’il pourrait viser entre 500 et 550 livraisons cette année, contre 863 en 2019.

Pour le quatrième trimestre, Airbus a dit viser l’équilibre sur son indicateur de “free cash-flow”, dans l’hypothèse de l’absence d’une nouvelle dégradation de l’économie mondiale et du trafic aérien.

Guillaume Faury a déclaré jeudi que le groupe maintenait cette prévision en dépit des dernières annonces sur le reconfinement. Elle “reflète la situation comme nous la voyons aujourd’hui”, a-t-il dit à des journalistes.

LOURDE CHARGE DE RESTRUCTURATION

A la Bourse de Paris, l’action Airbus a d’abord ouvert en hausse de plus de 2% avant de se retourner; elle perdait 2,89% à la mi-journée.

Les annonces sur la trésorerie, qui dépend beaucoup des livraisons d’appareils, sont de nature à rassurer les investisseurs mais la performance trimestrielle du groupe est restée affectée par la crise du coronavirus.

Au troisième trimestre, Airbus a accusé une perte opérationnelle consolidée de 626 millions d’euros, liée notamment à une provision de 1,2 milliard d’euros relative à son plan de restructuration.

Fin juin, le géant européen de l’aéronautique a annoncé son intention de supprimer 15.000 postes d’ici l’été 2021, dont un tiers en France, sans fermeture de site. Le président exécutif d’Airbus, Guillaume Faury, a averti que le groupe pourrait devoir recourir à des départs contraints.

Le chiffre d’affaires au troisième trimestre a reculé de 27%, à 11,2 milliards d’euros, grevé par une chute de 33% dans la division principale d’aviation commerciale.

La perte nette atteint 767 millions d’euros sur la période à comparer à un bénéfice de 989 millions d’euros un an plus tôt.

Sur les neuf mois de l’exercice, la perte opérationnelle consolidée ressort à 2,1 milliards, avec un flux de trésorerie avant M&A et financement clients négatif à hauteur de 11,8 milliards d’euros.

Blandine Hénault et Tim Hepher, édité par Jean-Stéphane Brosse

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up