for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Léger rebond du commerce mondial au 3ème trimestre, les perspectives restent incertaines

Le commerce international devrait se contracter de 7% à 9% en 2020, et ce malgré le faible rebond observé au troisième trimestre tiré par l'économie chinoise, a déclaré mercredi la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED). /Photo prise le 21 septembre 2020/REUTERS/Mike Segar

(Reuters) - Le commerce international devrait se contracter de 7% à 9% en 2020, et ce malgré le faible rebond observé au troisième trimestre tiré par l’économie chinoise, a déclaré mercredi la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED).

En raison de la pandémie de coronavirus et des mesures de confinement prises au printemps pour tenter de l’endiguer, le commerce mondial a chuté de 19% sur un an au deuxième trimestre, selon les estimations du CNUCED, avant de limiter son repli à 4,5% lors du troisième trimestre.

Si le commerce spécialisé en fournitures de bureau et en matériel médical, ainsi que le secteur du textile sont en hausse au troisième trimestre, l’effondrement des secteurs de l’automobile et de l’énergie continue, peut-on lire dans le dernier rapport de l’organisme onusien.

Dans ses prévisions préliminaires, la CNUCED table désormais sur une croissance annuelle inférieure de 3% pour le quatrième trimestre 2020, mais des incertitudes persistent quant à l’évolution de la pandémie.

Toujours selon le rapport, si la pandémie devait s’aggraver dans les mois à venir, cela pourrait entraîner une détérioration de la situation pour les décideurs politiques et une hausse des politiques commerciales restrictives.

Début octobre, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a revu à la hausse sa prévision d’évolution du commerce mondial de marchandises pour cette année, grâce au rebond observé en juin et juillet.

L’OMC table sur une chute de 9,2% du commerce international en 2020, suivie d’un rebond de 7,2% en 2021, mais il a précisé que ses prévisions restaient soumises à un degré élevé d’incertitudes en raison de l’évolution de la pandémie et des réponses des Etats à la crise en cours.

Stephanie Nebehay, version française Laura Marchioro, édité par Blandine Hénault

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up