for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

LEAD 1-Bank of America-Le bénéfice net recule au T3 avec la hausse des provisions

(Actualisé avec précisions, cours en avant-Bourse, commentaire d’analyste)

PARIS, 14 octobre (Reuters) - Bank of America a fait état mercredi d’une baisse de 15,8% de son bénéfice net trimestriel, plombé par une hausse des provisions pour créances douteuses liée à la pandémie de coronavirus et par le recul de son activité dans trois de ses quatre principales divisions.

Le bénéfice net de la deuxième banque américaine par les actifs a reculé à 4,44 milliards de dollars (3,78 milliards d’euros), ou 0,51 dollar par action, au troisième trimestre, à comparer à un profit de 5,27 milliards de dollars (0,56 dollar par action) réalisé à la même période l’an passé.

Les analystes attendaient un bénéfice de 0,49 dollar par action, selon les données Refinitiv I/B/E/S.

Lors du troisième trimestre, Bank of America a passé des provisions de 1,4 milliard de dollars pour couvrir d’éventuelles pertes de crédit, contre 800 millions mis de côté il y a un an.

Le revenu net d’intérêt, une mesure particulièrement scrutée de la performance d’une banque sur ses activités de prêts, a chuté de 17% à 10,1 milliards de dollars dans un contexte de faibles taux d’intérêt.

A la Bourse de New York, l’action Bank of America reculait de 1,8% dans les transactions électroniques avant l’ouverture.

Les résultats de Bank of America font écho à ceux de ses concurrentes JPMorgan et Citigroup, qui ont toutes deux annoncé mardi une baisse de leur revenu net d’intérêt.

“Au deuxième trimestre, il n’était question que des revenus du trading et des provisions pour créances douteuses; au troisième trimestre, il ne s’agit que de la chute du revenu net d’intérêt”, relève Neil Wilson, analyste chez Markets.com.

“Cela ne devrait pas surprendre que les banques américaines souffrent des taux très bas mais il y a eu une baisse significative de la capacité des banques à générer un profit ce trimestre, qui ne peut être masquée par les solides revenus dans le trading”, ajoute-t-il.

Dans ce contexte, Goldman Sachs fait figure d’exception. La banque a vu son bénéfice presque doubler au troisième trimestre grâce à la résurgence des opérations de fusion-acquisition et au dynamisme de ses activités de trading.

Son revenu net d’intérêt a progressé de 8%, à 1,08 milliard de dollars.

Contrairement à JPMorgan et Bank of America, Goldman Sachs a une activité relativement limitée dans les services bancaires aux particuliers. (Niket Nishant et Imani Moise version française Blandine Hénault)

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up