for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Les actions progressent en attendant la relance et les résultats

PARIS (Reuters) - Londres exceptée, les Bourses européennes ont terminé en hausse lundi et Wall Street progressait à mi-séance, le sentiment de marché restant nettement favorable à la prise de risque dans l’espoir de mesures de relance aux Etats-Unis et avant une saison des résultats qui s’annonce moins mauvaise que la précédente.

Londres exceptée, les Bourses européennes ont terminé en hausse lundi. À Paris, le CAC 40 a gagné 0,66%. À Francfort, le Dax a progressé de 0,67% alors qu'à Londres, le FTSE 100 perdait 0,25%, plombé par les valeurs pétrolières sur fond de rechute des cours du baril. /Photo prise le 12 juin 2020/REUTERS/Kai Pfaffenbach

À Paris, le CAC 40 a gagné 0,66% (32,48 points) à 4.979,29 points après un pic à 4.998,51 points, donc sans être parvenu à repasser les 5.000 points.

À Francfort, le Dax a progressé de 0,67% alors qu’à Londres, le FTSE 100 perdait 0,25%, plombé par les valeurs pétrolières sur fond de rechute des cours du baril.

L’indice EuroStoxx 50 a pris 0,76%, le FTSEurofirst 300 0,75% et le Stoxx 600 0,72%, sa septième performance positive sur les huit dernières séances.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street se dirigeait vers une quatrième séance consécutive de progression, le Dow Jones s’adjugeant 0,85%, le Standard & Poor’s 500 1,42% et le Nasdaq Composite 2,18%, avec entre autres un gain de 4,98% pour Apple à la veille de la présentation probable d’un nouveau modèle d’iPhone.

Microsoft et Intel prenaient alors autour de 1,5%.

Au-delà de la hausse des “techs”, les investisseurs continuent de miser sur un prochain accord entre républicains et démocrates sur des mesures de soutien à l’économie aux Etats-Unis, un facteur qui l’emporte pour l’instant sur la multiplication des mesures de restriction en Europe face à la résurgence de la pandémie de coronavirus.

La probabilité jugée de plus en plus forte d’une victoire démocrate aux élections américaines du 3 novembre, hypothèse jugée favorable à un plan de relance massif, soutient aussi la tendance.

Les investisseurs se préparent parallèlement à une période des publications de résultats moins catastrophique que la précédente: à Wall Street, les profits du S&P-500 sont attendus en baisse de 21% au troisième trimestre après une chute de 30,6% au deuxième.

Avant l’ouverture de Wall Street, les places européennes avaient bénéficié de l’élan donné par la Bourse de Shanghaï, qui a pris 2,64% en anticipant des mesures d’aide à l’investissement dans la zone économique spéciale de Shenzhen.

VALEURS

En Europe, la meilleure performance sectorielle du jour est pour les services aux collectivités (“utilities”), dont l’indice Stoxx a gagné 1,84%, devant les technologiques (+1,29%), favorisées par la progression marquée du Nasdaq.

Parmi les plus fortes hausses du Stoxx 600, l’opérateur de télécommunications néerlandais KPN a bondi de 6,76% après des informations de presse selon lesquelles le groupe suédois de capital-investissement EQT envisage une offre de rachat..

A Paris, Société générale a pris 2,38% après le relèvement de la recommandation de Jefferies, passé à l’achat.

A la baisse, Rolls-Royce a rechuté de 12,7% à Londres après un rebond de près de 100% en cinq séances.

CHANGES

Sur le marché des devises, le dollar est inchangé face à un panier de devises de référence et reste tout près du plus bas de trois semaines touché vendredi.

L’euro se traite autour de 1,1810 dollar.

TAUX

La hausse des actions n’a pas suffi à faire remonter les rendements obligataires de la zone euro, le sentiment de marché restant influencé par l’anticipation de nouvelles mesures de soutien de la Banque centrale européenne (BCE) d’ici la fin de l’année.

Le rendement du Bund allemand à dix ans a ainsi reculé de près d’un point de base, à -0,544%. Et la baisse a été plus marquée encore pour les rendements italiens: le dix ans a inscrit un nouveau plus bas à 0,672% et le 30 ans est tombé à 1,534%, à encore du jamais vu.

Les marchés obligataires américains sont fermés pour le Columbus Day.

PÉTROLE

Le marché pétrolier creuse ses pertes après l’annonce d’une reprise de la production du premier gisement libyen, la fin de la grève dans le secteur en Norvège et le redémarrage progressif des installations du golfe du Mexique mises à l’arrêt avant le passage de l’ouragan Delta.

Le Brent abandonne 2,92% à 41,60 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 3,1% à 39,34 dollars.

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up