for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Un accord bipartisan sur un plan de relance US improbable avant l'élection, selon McConnell

Mitch McConnell (en photo), le chef de la majorité républicaine au Sénat, a jugé vendredi improbable qu'un accord sur un nouveau plan de soutien budgétaire à l'économie américaine soit trouvé entre la Maison blanche et le Congrès avant l'élection présidentielle du 3 novembre. /Photo prise le 1er octobre 2020/REUTERS/Erin Scott

WASHINGTON (Reuters) - Mitch McConnell, le chef de la majorité républicaine au Sénat, a jugé vendredi improbable qu’un accord sur un nouveau plan de soutien budgétaire à l’économie américaine soit trouvé entre la Maison blanche et le Congrès avant l’élection présidentielle du 3 novembre.

“Il nous faut un autre plan de sauvetage. Mais la proximité de l’élection et les divergences de vue sur qui est nécessaire en ce moment précis sont plutôt vastes”, a-t-il dit lors d’une conférence de presse.

Mitch McConnell, principal responsable républicain au Congrès, a dit ne pas avoir perdu tout espoir que la majorité démocrate à la Chambre des représentants et l’administration Trump se mettent d’accord. “Je pense que c’est improbable dans les trois semaines à venir”, a-t-il cependant ajouté.

Alors qu’il avait subitement annoncé mardi un gel des discussions jusqu’au scrutin du 3 novembre, faisant chuter Wall Street, Donald Trump a déclaré jeudi que les négociations entre les républicains et les démocrates avaient de “bonne chance” de déboucher sur un compromis, évoquant notamment un plan ciblé pour les compagnies aériennes.

Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, a maintenu pour sa part sa volonté de négocier un accord sur un plan global de soutien, à même, a-t-elle dit jeudi, “de pulvériser le virus, d’honorer nos héros et de mettre de l’argent dans la poche des Américains”.

Nancy Pelosi s’est de nouveau entretenue vendredi avec le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, une conversation téléphonique de 30 minutes qui s’est révélée infructueuse.

La Maison blanche est prête à accroître le montant du plan d’aide mais n’acceptera pas de dépasser les 2.000 milliards de dollars, a déclaré la porte-parole de la présidence Alyssa Farah. Nancy Pelosi réclame 2.200 milliards.

David Morgan et Susan Heavey; version française Henri-Pierre André, édité par Jean-Stéphane Brosse

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up