for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Technologie

Facebook interdit tous les groupes liés au mouvement complotiste QAnon

Facebook a classé mardi le mouvement complotiste QAnon comme dangereux et a commencé à supprimer de ses plateformes les groupes et pages se revendiquant comme représentants du mouvement. /Photo prise le 5 septembre 2020/REUTERS/Elijah Nouvelage

SAN FRANCISCO (Reuters) - Facebook a classé mardi le mouvement complotiste QAnon comme dangereux et a commencé à supprimer de ses plateformes les groupes et pages se revendiquant comme représentants du mouvement.

Le réseau social avait déjà supprimé en août près de 800 groupes liés à QAnon après la publication de messages glorifiant la violence, suggérant l’intention d’utiliser des armes ou cherchant à attirer de nouveaux membres en faisant la promotion de comportements violents.

Dans un message sur son blog, Facebook a fait savoir qu’au lieu de se baser sur les signalements d’utilisateurs pour agir face aux contenus liés à QAnon, il allait désormais considérer le mouvement comme n’importe quel groupe militarisé et donc chercher à supprimer les pages et groupes.

Selon des chercheurs, QAnon a publié récemment des messages de désinformation sur le vote aux Etats-Unis et sur le COVID-19, avançant même que le président américain Donald Trump avait menti en disant avoir été infecté par le coronavirus dans le but d’ordonner des arrestations secrètes.

Le mouvement QAnon est apparu dans le sillage de la théorie dite du “pizzagate” durant la campagne électorale de 2016, une théorie selon laquelle de hauts responsables du Parti démocrate dirigeaient un réseau pédophile depuis la cave d’une pizzeria de Washington.

Ce mouvement s’appuie sur des publications anonymes mais attribuées à un prétendu haut responsable de l’administration Trump surnommé “Q”, selon lesquelles des responsables démocrates et des stars de Hollywood vouent un culte au diable, mangent des enfants ou auraient été remplacés pour certains par des comédiens après avoir été exécutés sur ordre de tribunaux militaires secrets.

Le FBI considère ce mouvement comme un risque potentiel de violence sur le sol américain, certains de ses partisans ayant commis des meurtres et des enlèvements.

Donald Trump a salué le patriotisme de QAnon, et plus d’une dizaine d’élus républicains ont fait la promotion du mouvement.

Joseph Menn; version française Jean Terzian

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up